mardi 13 avril 2010

Le fantôme de Canterville (et autres contes) - Oscar Wilde.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/LeFantomedeCanterville.jpg

L'auteur :
 
http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/OscarWilde3a.gif

Oscar Wilde, (1854 - 1900) était un écrivain et auteur irlandais. Dandy appréçié de la plus haute noblesse anglaise, son élégance, la finesse de son humour et le raffinement de son esthétisme littéraire en ont fait un romancier de renommée internationale.
 
 
 
 
Articles connexes :
 

Quatrième de couverture : 
 
"Lorsque Mr Hiram B. Otis, le ministre américain, acheta le domaine de Canterville Chase, tout le monde lui dit qu'il faisait une folie car il n'y avait pas le moindre doute que le manoir fût hanté."


Mais le ministre américain et sa famille n'ont pas vraiment peu des apparitions nocturnes du spectre des lieux. Les jumeaux Otis lui jouent de bien mauvais tours, et les parents ont l'outrecuidance de lui offrir de l'huile pour graisser ses chaînes. Pauvre de lui, jadis si redouté, et désormais dépourvu de toute crédibilité !

 
Oscar Wilde nous livre les secrets de l'humour anglais, chic et grinçant, à travers cinq contes fantastiques empreints de poésie.


Mon avis :
 
Depuis le temps que je veux découvrir Oscar Wilde... j'ai commençé petit en lisant tout d'abord des nouvelles avant de lire, un jour, des romans. J'ai engloutis rapidement ces cinq nouvelles qui furent un plaisir à lire, on retrouve tout ce qui fait l'humour anglais que j'adooore. Le fantôme de Canterville étant l'une de mes préférées, pauvre fantôme ! On rit de lui ou on prend pitié, mais c'est toujours drôle. L'auteur introduit dans chaque nouvelle de l'ironie, du sarcasme, des élèments inattendus, des personnages tournés en dérision, il porte un jugement sarcastique sur les américains, leur incompréhension des valeurs et de la culture européenne, leur rationalisme dépourvu d'imagination et j'ai ris ce que j'ai lu sur ces américains en me disant "vrai... que c'est vrai..." car il faut avouer qu'entre européens et américains, il y a un énorme faussé qui nous séparent.


Il y a quatre autres nouvelles tout aussi divertissantes et qui m'ont fait garder un sourire idiot tout le long de ma lecture et qui m'a fait encore plus aimer l'humour anglais. Des nouvelles plein de fraîcheur, d'humour, d'esprit qui me donnent envie de découvrir d'autres oeuvres de Wilde si elles sont aussi bien que ces nouvelles !

Extrait :
 
[Mr Otis face au fantôme]

 
- Cher monsieur, dit Mr. Ortis, permettez-moi vraiment d'insister auprès de vous pour que vous huiliez ces chaînes : je vous ai apporté à cette fin un petit flacon de lubrifiant Soleil Levant Tammany. On le dit totalement efficace dès la première application, [...] Je le laisse ici pour vous, à côté des veilleuses, et je me ferai un plaisir de vous en fournir encore au cas où vous en auriez besoin.
Sur ces mots, le ministre des Etats-Unis posa le flacon sur une table à dessus de marbre et, fermant sa porte, se retira dans sa chambre pour se reposer.
Un instant, le fantôme de Canterville demeura absolument immobile, dans un accès d'indignation bien naturelle ; puis, ayant lancé violemment le flacon sur le parquet poli, il s'enfuit le long du couloir, en poussant des gémissement sourds et en émettant une lueur verdâtre et fantomatique.
 
Le fantôme de Canterville.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire