mardi 14 juillet 2009

Le songe d'une nuit d'été - William Shakespeare.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/LeSongedUneNuitdEte.jpg
 


Article(s) connexe(s) :















Quatrième de couverture :

"Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement que vous n'avez fait qu'un mauvais somme."

Les elfes s'éveillent quand les humains s'endorment. Comment ces deux mondes peuvent-ils alors communiquer ? Contre les lois irrationnelles des bois s'affrontent celles, anti-naturelles, de la cité d'Athènes. Hermia est une victime. Egée, son père, veut la marier à Démétrius, lui-même convoité par Hélène. Hermia se réfugie dans la forêt, royaume des esprits et des lutins...



Mon avis : 

Lu en complément de Roméo et Juliette pour mes cours de littérature.

L'histoire, la voici : alors que le duc de Thésée s'apprête à épouser la belle Hippolyte, il reçoit la visite d'Egée qui se plaint amèrement que sa fille, Hermia, refuse l'époux qu'il a choisi pour elle : Démétrius, et prétend épouser Lysandre qui est celui qu'elle aime. Lorsque Thésée ordonne à Hermia de se plier à la volonté de son père et lui accorde un délai de grâce, Hermia voit là une occasion de s'enfuir avec son aimé dans la forêt, sanctuaire des elfes, lutins, fées et esprits. Ils seront bientôt rejoints par Hélène, amoureuse de Démétrius, qui lui, cherche celle qui lui est destiné. Mais dans cette forêt enchantée, les surprises et enchantements sont à leur comble, et frappent mortels comme fées...

On retrouve, en effet, un petit arrière goût qui rappelle le destin tragique des deux amants célèbres de Shakespeare. Le livre se lit facilement, j'ai pas eu de déception, j'ai bien aimé même si l'oeuvre ne m'a pas spécialement marqué et que ce n'est pas l'une des pièces de théâtre que j'ai adoré parmi celles que j'ai pû lire jusqu'à présent. En même temps, même si j'aime parfois quelques oeuvres de théâtre, ce n'est pas le genre que je lis le plus, puisqu'il n'y a que du dialogue, peu de descriptions. Enfin, je n'ai pas été vraiment déçue, c'était plutôt sympa à lire, l'histoire enchante tout autant que l'atmosphère grecque, cet univers fantastique, avec les fées et lutins où se melangent humains et elfes, la "potion magique" qui sème un peu le désordre chez quelques personnes et couples.

Et puis, c'est une oeuvre plutôt connue de Shakespeare, que l'on peut rapidement et facilement appréçier, c'est une belle histoire emprunt de magie, d'amours complexes et de mythologie. Du bon Shakespeare. Pour résumer, c'était bien, suffisament intéressant pour qu'on puisse arriver jusqu'à la fin, divertissant, beau, mais sans plus pour moi, mais c'est juste moi, j'ai toujours du mal avec les pièces de théâtre, ce n'est pas assez développé comme pour un roman et on a pas le temps de s'attacher à l'histoire et aux personnages, mais je ne nie pas que c'est une belle histoire. Je retenterais des pièces de l'auteur un jour...


Extrait :



Les fées sortent. Titania s’endort.

Entre Obéron.


OBÉRON, pressant la fleur sur les paupières de Titania.


"Que l’être que tu verras à ton réveil Soit par toi pris pour amant ! Aime-le et languis pour lui ; Quel qu’il soit, once, chat, ours, Léopard ou sanglier au poil hérissé, Que celui qui apparaîtra à tes yeux, Quand tu t’éveilleras, soit ton chéri ! Réveille-toi, quand quelque être vil approchera."
Il sort.


Acte II. Scène 2.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire