jeudi 27 octobre 2011

Maid sama (T.1) - Hiro Fujiwara.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres2/MaidSamaT1.jpg


L'auteur :
http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/noauthor.gif

Hiro Fujiwara, née un 23 décembre, est une mangaka japonaise vivant à Tokyo. Son premier manga, nommé Kaicho wa Maid-sama ! (Maid sama en français), est toujours en cours et a sa propre adaptation animée depuis 2010.

Lecture en ligne en anglais
ici ou ici.

Emprunt médiathèque.

 
 
Quatrième de couverture :


Dans son lycée, Misaki, la présidente des élèves, terrorise les garçons en leur imposant des règles strictes pour préserver la tranquilité des filles ! D'autre part, depuis que son père les a abandonnées, sa mère et elle, elle est obligée de travailler après les cours. Vêtue d'un uniforme de soubrette, la jeune fille est serveuse dans un maid café, une activité qu'elle tient à garder secrète ! Malheureusement, Takumi, le garçon le plus populaire du lycée découvre son secret !
 

Mon avis :


J'attends toujours les vacances avec tellement d'impatience, mais au final, je finis par m'ennuyer, je suis jamais contente xD Même mes nombreux visionnages de séries tv ou films ne me suffisent plus, alors je lis et si je peux, je découvre. Ma nouvelle découverte en manga, c'est Maid-sama (vu le titre de l'article, impossible d'en douter...)

L'héroïne de ce manga s'appelle Misaki Ayuwaka et elle est la présidente du conseil des élèves de son lycée. Le lycée Seika qu'elle dirige d'une main de fer puisque l'établissement en question était une école composée uniquement de garçon avant de devenir mixte. Ayant encore peu de filles, Misaki se fait un devoir que de protèger la gente féminine et son droit devant les garçons qui occupent glorieusement 80% de la population de l'école, sans compter que Misaki aime autant les garçons que moi les araignées (c'est-à-dire pas du tout). Elle cherche le bonheur des rares filles du lycée et n'hésite pas à les défendre contre les garçons qu'elle voit comme des insectes. Mais pour aider à subvenir à sa famille, qui est pauvre, elle doit travailler après les cours et son petit job n'est pas banal : elle travaille en tant que bonne/servante dans un café où chaque serveuse met un uniforme de soubrette et se doit d'accueillir les hommes comme il se doit 'Bienvenue, maître'. Ce qui est en totale contradiction avec son tempérament, mais puisque ce travail paye bien, elle s'y résout et entend bien garder ce boulot secret de tous... quel dommage qu'un des garçons de son lycée découvre le dit-secret...

Le point fort du manga, ce sont les personnages, en particulier les deux principaux : Misaki Aywaka et le garçon qui a découvert son secret, Usui Takumi. Misaki a un fort caractère, elle est loin d'être une adolescente faible, émotive, superficielle qui se laissera marcher sur les pieds. Elle est impitoyable sans être détestable. Elle a un côté garçon que j'aime beaucoup même si à quelques moments, certains évènements lui font rappeller qu'elle reste une fille malgré tout. C'est une figure matûre quand elle prend ses responsabilités envers son rôle d'élève, de présidente des élèves, de soubrette et de soeur et fille, car si elle accepte d'endurer ce travail de bonne, c'est pour aider sa famille pauvre qui croule sur les dettes que le père de famille a laissé sur le dos de la famille avant de s'enfuir comme un lâche. Peut-être l'une des éventuelles raisons du pourquoi Misaki déteste les garçons ? En plus de vouloir accueillir plus de filles au lycée qui compte encore plus de garçons que de filles. Car Misaki n'aime pas les garçons et n'hésite pas à les tabasser ou les rabaisser quand il le faut, son côté anti-mâle est même assez exagéré mais amusant et drôle. Usui Takami, lui, est le beau garçon du lycée, qui rejette chaque déclaration d'amour des lycéennes, qui est respecté par les garçons de l'école et adoré par les filles. Misaki ne l'aime pas du tout, il est pour elle un briseur de coeur juste bon à faire pleurer d'innocentes et délicates jeunes filles, une espèce d'alien pervers de la planète phéromones.

En revanche, on pourrait se demander comment sont les sentiments de Usui envers Misaki car ses intentions, quand il découvre son secret, ne sont pas claires, il est ambigü et mystérieux, il aime beaucoup taquiner Misaki et revenir au café, le Maid Latte, au grand désarrois de Misaki. Une onde de mystère plane au dessus de Usui, il me fait un peu penser à Dômeki de xxxHolic d'une certaine façon. Bien-sûr, je me doute bien vers quelle direction vont s'orienter tôt ou tard la relation entre Usui et Misaki, c'est clair comme de l'eau de roche, mais puisque ce premier tome m'a fait une bonne impression, je vais continuer la suite. Les deux personnages sont très intéressants et amusant, opposés, pas clichés, avec un fort caractère. Pour le moment, nous avons l'impression d'une amitié entre chien et chats, les piques et répliques sont amusantes. Je me doute bien que ce manga shojo va mélanger romance et humour, avec une pointe de drame et quelques ennuis pour les personnages par-ci par-là. Enfin pour le moment, de l'humour dans ce manga, c'est pas ce qui manque déjà dans ce premier tome. C'est drôle, moqueur, idiot, ça se prend pas au sérieux.

Ce n'est pas encore exceptionnel, mais ce n'est que le premier tome qui nous offre déjà les bases et nous présente les personnages et leur univers. L'humour est déjà au rendez-vous, nous avons déjà des personnages prometteurs, c'est drôle, léger, ça se lit vite et bien, c'est pas prise de tête, c'est mignon, et au moins le dénouement donne envie de lire la suite ! Un shojo qui offre un bon début, je serais ravie de découvrir la suite.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire