vendredi 31 janvier 2014

L'archéologie : Entre science et passion - Jean-Paul Demoule.




L'auteur :


Né en 1947, Jean-Paul Demoule est un archéologue et historien français, et également professeur de protohistoire à Paris, et membre de l'Institut Universitaire de France.



Emprunt bibliothèque fac.







Quatrième de couverture :

Il est des métiers qui ne peuvent s'exercer sans passion. Mais l'archéologie est-elle un métier ? Née dans l'enthousiasme de la redécouverte de la Rome antique par les humanistes de la Renaissance, elle est devenue au cours du XIXe siècle l'une des formes de la prise de possession du monde par les nations occidentales, dont elle fonda en même temps la grandeur et la légitimité. Durant le dernier siècle, l'archéologie n'a cessé de perfectionner ses techniques et ses méthodes de fouille, d'observation et d'analyse pour devenir une science à part entière. Seule parmi les sciences humaines à offrir une telle profondeur de temps, l'archéologie est aussi une interrogation permanente sur les trajectoires des sociétés humaines.

Mon avis :

Depuis le début du semestre, parcours Patrimoine oblige, je suis des cours d'Archéologie, et je suis tombée amoureuse. Tellement amoureuse que j'ai du mal à attendre le vendredi pour suivre les cours d'Archéologie, j'en suis venue à emprunter un livre pour satisfaire ma curiosité. En guise d'introduction à l'archéologie, j'ai trouvé cet ouvrage intéressant à feuilleter, quoique non complet.

Ce livre est divisé en quatre chapitres : L'invention du passé qui relate la naissance de l'archéologie telle qu'elle est apparue au départ, s'entend par là que l'archéologie d'avant n'avait rien à avoir avec l'archéologie d'aujourd'hui. Autant la seconde est devenue une science, la première s'apparentait plutôt à une chasse au trésor où les fouilles ne s'effectuaient pas de manière à protéger le site et où les chasseurs de trésors ne retiraient de terre que ce qu'ils trouvaient beaux et intéressants. L'archéologie aux origines est donc une chasse au trésor et les chasseurs sont nommés antiquaires, parmi les plus célèbres d'entre eux, il y a les Papes au Vatican. Il a fallu attendre la seconde moitié du XIXe siècle pour que naissent enfin les premiers signes d'une archéologie plus scientifique, où l'on cherche à conserver les sites et les vestiges trouvés. Le chapitre deux, Techniques et Méthodes, s'intéresse, comme son nom l'indique, aux méthodes utilisées pour faire l'archéologie. 

Cependant, je n'ai pas trouvé cette partie développée, cela ne veut pas dire que je n'ai pas trouvé cette partie intéressante, cependant certaines méthodes et techniques n'étaient pas assez développées à mon goût, il y a peu de pages sur l'archéologie sous-marine ou l'archéologie funéraire, quelques-unes sur l'archéologie aérienne. Mais au moins l'auteur montre que l'archéologie ne se fait pas que sur terre et qu'elle ne concerne pas que la fouille de vestiges et monuments, et j'ai pu découvrir (aussi via mes cours à la fac, je ne vais pas mentir), ces façons de faire l'archéologie que je ne soupçonnais pas, comme l'archéologie aérienne. Cependant, j'ai remarqué que dans ce livre, l'auteur mettait parfois l'accent sur la Préhistoire et Protohistoire, ce qui m'a déconcerté sur le coup car l'archéologie s'est beaucoup intéressée, et ce depuis le début, à l'Antiquité greco-romaine et à l'Egypte des pharaons, ainsi j'ai été déçue de voir pas ou peu de pages sur l'égyptologie ou sur les fouilles des cités vésuviennes (s'entends les cités romaines victimes de l'éruption du Vésuve en 79 ap JC et dans laquelle a notamment péri Pompéi) où a vraiment débuté l'archéologie, mais en me renseignant sur l'auteur, j'ai vu que celui-ci enseignait la protohistoire ainsi ceci explique cela.

Je ne vais pourtant pas cracher sur ce livre que j'ai trouvé intéressant et qui m'a permis de découvrir des choses sur l'archéologie que je n'ai pas encore vu en cours. Je fais impasse sur le troisième chapitre, car le quatrième m'intéresse plus : la vision de l'archéologie aujourd'hui. Si auparavant, elle a été l'expression de la curiosité des érudits et des chasseurs de trésor depuis la Renaissance, elle est devenue plus scientifique et professionnelle à partir du XIXe siècle car il s'agissait alors de découvrir le passé pour comprendre le présent et également de savoir retrouver et conserver ce passé et ses vestiges et le faire connaître au public, en termes de mémoire nationale. Je pense notamment aux fouilles des sites romains qui ont débuté en pleine époque où l'Italie, alors divisée en plusieurs Etats, s'unifiait et une fois le peuple italien uni, une sorte de retour aux racines apparu, d'où la passion et l'intérêt pour leurs glorieux ancêtres, les romains. 

L'archéologie depuis est une science et vise à retrouver et conserver les sites archéologiques, là où ça peut poser problème car les sites non découverts peuvent se trouver n'importe où et il arrive souvent que lorsque l'on veut faire des travaux d'emménagement, on tombe sur des vestiges antiques en creusant et là, les responsables des travaux sont bien embêtés car le site des travaux est susceptible d'être un site archéologique et qu'ils doivent faire appel à des archéologues et cela veut dire arrêt temporaire ou définitif des travaux. Outre ces éléments, l'auteur parle aussi de législation de l'archéologie, notamment avec l'archéologie préventive (donc si on trouve des vestiges sur un site de travaux publics ou privés, des archéologues sont envoyés sur place vérifier si c'est bien un site archéologique ou pas) et l'archéologie programmée (dont les fouilles se font sur un site archéologique potentiel ou qu'on connaît l’existence), bref, on a toute une législation en ce qui concerne l'archéologie et c'est un peu plus complexe par rapport à ce que j'ai résumé ici mais j'ai vraiment trouvé cet aspect intéressant. 

Autre aspect à ne pas négliger : la vision de l'archéologue. Grâce (ou à cause ?) d'Indiana Jones, certains et même beaucoup se font l'idée qu'être archéologue, c'est être aventurier, c'est voyager, découvrir des terres inconnues. En fait, avec la fiction, nous avons deux types d'archéologues : l'érudit un peu naïf (Flynn Carlson par exemple) ou l'aventurier intrépide (Indiana Jones, Lara Croft, Sydney Fox...) et où les fouilles archéologiques relèvent plus de la chasse au trésor et aux combats contre animaux sauvages ou méchants qui veulent les trésors rien que pour eux !

Il y a encore d'autres choses dont je pourrais parler, mais je ne m'étalerais pas davantage. En somme, j'ai trouvé ce petit ouvrage intéressant, j'ai certes été déçue de voir certaines choses peu développées et d'autres que l'auteur n'a pas choisi de parler (notamment l'égyptologie qui est vraiment la seconde étape importante dans la construction de l'archéologie), ce que j'ai trouvé bien dommage. En contrepartie, on a l'histoire et l'évolution de l'archéologie et la place que celle-ci occupe de nos jours, qui est plus intéressant et développé. Malgré mes déceptions, ce petit ouvrage est intéressant à feuilleter et sa qualité de présentation n'est pas à négliger avec ses nombreuses images et représentations pour illustrer le texte et le rendre plus "vivant", les annotations, ainsi que les témoignages et documents de fin qui sont intéressants à découvrir. Bref, ce n'est certainement pas l'ouvrage le plus complet sur l'archéologie, mais il peut être intéressant à découvrir pour une première approche.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire