dimanche 29 janvier 2017

Le Général est de retour - Alexandre Chevalier.


Quatrième de couverture :


2016. C’est la chienlit en France : attentats, chômage record, grèves à répétition… Et, pire encore, la cote de popularité de François Hollande est au plus bas. N’écoutant que son courage, le président décide de reconquérir l’opinion. En toute discrétion, il fait cloner le général De Gaulle, espérant que le grand Charles, revenu à la vie, l’aidera à rentrer en grâce et à être réélu. Le Général est donc de retour dans un pays qu’il ne reconnaît pas. Un pays aux 6 millions de fonctionnaires, où des idiots peuvent devenir ministres, où l’on se marie entre hommes, et où il y a même un tunnel sous la Manche ! Évidemment, les choses ne vont pas se passer comme prévu et tout part en vrille. L’homme du 18 juin pourra-t-il (re)sauver la France ?

Et si De Gaulle revenait ? Un roman très politiquement incorrect.



Mon avis :

Un peu à l'instar de Benoît Duteurtre avec son roman Le retour du Général (dont j'avais fait la chronique en 2013), Alexandre Chevalier a voulu imaginer à son tour un général de Gaulle revenu d'entre les morts et découvrant notre société actuelle, victime de la crise économique et d'une République qui a un peu perdu de son éclat, le tout dans un roman politico-humoristique prenant place pendant le quinquennat de François Hollande ! Le pari était risqué ! Alors, véritable casse-gueule ou bon roman ? C'est ce que nous allons voir !

Notre société, pendant la présidence de François Hollande, vit le climat social, politique et économique qu'on connaît déjà. La côte de popularité du président est au plus bas, le peuple ne croit plus au gouvernement et ses vaines promesses. Aux grands mots, les grands remèdes ! On révèle à François Hollande un secret gardé de tous pendant des générations : chaque Président de la Ve République suivant le Général de Gaulle a, en toute discrétion, cloné le Général afin de bénéficier de ses conseils et ses solutions sur la façon de gouverner la France et de régler les crises, et ainsi reconquérir l'opinion publique ! Enthousiaste face à cette nouvelle, Hollande décide à son tour de cloner le Général afin qu'il l'aide à retrouver grâce auprès des Français et mettre un terme aux crises actuelles. Cependant et comme vous vous en doutez, tout ne se passera pas comme prévu et très vite, Hollande se retrouve dépassé par sa création qui, ne s'y retrouvant plus dans une société qu'il ne reconnaît pas, fuit du jour au lendemain.

Le sujet est original et, avouons-le, un peu risqué. Il peut être facile de se casser la gueule sur un tel sujet, tout en arrivant à bien cerner la personnalité du général sans trop la tourner en dérision et j'avoue que c'était quelque chose que j'ai redouté puisque le Général de Gaulle est l'une de mes figures historiques préférées et que je n'apprécie pas toujours quand une de mes figures historiques préférées est trop caricaturée ou dénaturée pour le plaisir d'une fiction. Il n'est aussi pas toujours évident de bien retranscrire un personnage historique, même en ayant fait des recherches sur la personnalité du personnage, il sera toujours impossible de retranscrire fidèlement. Toujours est-il que je n'ai pas vraiment de reproches à donner au Général décrit par l'auteur. De nombreuses personnalités politiques sont présentes et sont très souvent moquées, mais le Général étant le cœur du roman, il s'en sort plutôt bien !

Au niveau de l'humour, je craignais un humour « français » pas toujours très drôle et qui me donnerait plus envie de grincer des dents, et des caricatures à l'extrême. C'était au final une crainte infondée car je trouve que l'auteur s'en est plutôt bien sorti. Il y avait certes des moments d'humour à me faire lever les yeux au ciel, quelques clichés faciles et quelques scènes où l'humour tombait un peu à plat. Mais, dans l'ensemble, l'humour fonctionne plutôt bien, avec les piques d'humour et de sarcasme de De Gaulle et d'autres personnages, en passant par les membres de notre gouvernement et quelques personnalités politiques, de droite comme de gauche, à commencer par le Président, qui en prennent tous pour leur grade.

Après, il faut garder à l'esprit que ce roman est une caricature, une satire de notre société et du gouvernement Hollande. La France n'est certes pas guérie de ses problèmes, mais avec les crises qui persistent, ça fait du bien un peu d'humour et de légèreté… surtout s'ils touchent notre gouvernement ! L'idée du roman reste bonne, et si elle a déjà été exploitée par Benoît Duteurtre, Alexandre Chevalier a su tisser sa propre histoire, de manière assez différente. L'idée de clones de De Gaulle et que le dernier en date prenne ses cliques et ses claques, en déclenchant ainsi la panique générale auprès du gouvernement prêt à tout pour le récupérer avant que des politiciens d'autres partis ne se l'accaparent avait franchement de quoi tenir la route, les événements s'enchaînent assez rapidement, la lecture est fluide et plaisante. J'ai particulièrement apprécié le fait que [spoilers] d'autres pays clonent aussi leurs grandes personnalités politiques du passé pour les mêmes raisons, et que ça donne ainsi l'occasion d'avoir quelques scènes avec Churchill et des conversations entre Churchill/De Gaulle pleines de réparties, comme on peut imaginer qu'ils pouvaient avoir des décennies auparavant [/spoilers]

En conclusion : Le Général est de retour n'est pas un roman exceptionnel, et l'humour ne fonctionne pas toujours, mais l'idée est originale, et ça reste une lecture sympathique qui fait du bien, surtout en ces temps de crises !

Extrait :

- Qu'ils se démerdent ! J'en ai marre de recevoir des poubelles sur la tête en permanence et de ne jamais réagir. Le gentil gros, c'est fini ; maintenant, je suis le méchant gros, le gros qui les envoie tous péter. Ils ne veulent plus de moi, eh bien, soit, j'irais à la pêche !

- Arrête de raconter n'importe quoi, François. Tu n'as jamais pêché ! lança Manuel Valls.

13. Calife à la place du calife.