dimanche 29 avril 2018

L'évangile de Loki - Joanne Harris.

L'auteur : Joanne Harris, née en 1964, est une romancière britannique, auteur de nombreux titres. L'un de ses romans, Chocolat, fut adapté au cinéma sous le nom Le Chocolat.

Quatrième de couverture :

L'ascension et la chute des dieux nordiques du point de vue du plus grand des tricheurs et des menteurs, Loki : sa naissance au royaume des Géants, sa place en Asgard, ses nombreux exploits au nom d'Odin, sa chute et sa trahison. Loki, c'est moi. Loki, le porteur de lumière, bel homme, modeste et insaisissable, héros incompris de ce tissu de mensonges. Lisez cela avec prudence, tout y est au moins aussi vrai que la version officielle, et, j'ose le dire, bien plus divertissant. 

Jusque-là, l'histoire, telle qu'on la connaît, m'a réservé un rôle assez peu flatteur. 

Mais désormais, c'est à mon tour d'entrer en scène. À moi de raconter !

Mon avis :

Férue de mythologie, et notamment le personnage de Loki, je me suis penchée sur ce titre à la couverture attrayante et dont le sujet promettait quelque chose d'intéressant. Loki est en effet l'une des divinités les plus célèbres et intéressantes du panthéon nordique. Dieu fripon, capable de se métamorphoser, père de plusieurs monstres, à la nature changeante et ambiguë. Ainsi, c'est un personnage intéressant à exploiter, et découvrir l'histoire (à savoir les divers mythes nordiques) à travers ses yeux promettait de donner quelque chose d'intéressant !

Au final, je ressors assez mitigée de ce roman. La plupart des critiques au sujet de ce livre ayant été excellentes, je m'attendais à tomber sous le charme également, mais peut-être ne suis-je tout simplement pas le bon public pour ce roman car je me suis forgée ma propre image de Loki, tout comme l'auteur s'est forgée la sienne. L'histoire a ses bons et ses mauvais côtés. J'ai trouvé très intéressant le fait que l'auteur se penche de plus près sur la mythologie nordique, une mythologie assez méconnue malgré la célébrité des personnages de Thor, Odin et Loki grâce aux films Marvel, mais les films Marvel ont pris des libertés avec la mythologie ainsi il est intéressant de faire découvrir, à travers ce roman, la mythologie nordique à travers un grand nombre de ses épisodes, en commençant par le commencement, la création des différents mondes, l'Ordre et le Désordre, le Chaos, jusqu'à la fin avec le Ragnarök, l'apocalypse et la plupart de ces aventures ont été plutôt plaisantes à suivre !



Loki tel que représenté dans un
manuscrit du XVIIIe siècle.
Le début s'avère assez long, car l'auteur prend le temps de nous expliquer comment tout a commencé et s'est créé, mais les choses commencent à s'accélérer et devenir plus intéressantes lorsque Loki rencontre Odin, le dieu principal des mythes nordiques, et que nous passons ensuite par l'introduction de Loki aux autres divinités et les différentes histoires où Loki a eu un rôle dans la mythologie, et elles sont nombreuses ! Je ne connaissais pas toutes ces histoires, ainsi ce fut intéressant à découvrir. Un autre aspect intéressant que l'auteur a exploité : l'élément de Loki est le feu car il est un être du feu, avant de rejoindre Asgard, où vivent les dieux, Loki était un être sans forme, puis il s'est matérialisé, et découvre ce que ça fait, d'être un être corporel : il découvre le toucher, l'odorat, le goût, la nourriture, le sexe et certaines règles crées pour maintenir l'ordre lui échappent car, étant un être venant du Chaos et découvrant la matérialité, il ne saisit pas la nécessité de ces interdits (comme : le sexe d'accord, mais pas avec des hommes, pas avec des mortels, pas avec des animaux, etc).

Ce qui m'a beaucoup posé problème, c'est le personnage de Loki. De par sa nature ambiguë, c'est un personnage intéressant mais difficile à cerner complètement, ainsi chacun peut se faire sa propre interprétation du personnage. Est-il 100% mauvais, un anti-héros, un être capable de faire le bien comme le mal ? Chacun se fait sa propre image de Loki, mais la mienne ne correspond pas trop à celle de l'auteur. Loki est loin d'être un personnage à être sympathique dans ce roman. Certes, c'est un peu le but car Loki est un dieu trompeur, et connaissant un minimum la mythologie nordique, je sais qu'il n'est pas tout blanc et qu'il est capable de cruauté comme il est capable d'utiliser sa ruse, son intelligence et ses dons pour aider les autres dieux. Seulement, sous la plume de l'auteur, si Loki fait de bonnes actions, c'est essentiellement par intérêt (ce qui peut se tenir, je l'avoue). L'auteur le décrit également comme un mauvais père (non cruel mais assez indifférent) et un mauvais mari (alors que, excusez-moi, mais si Sigyn est restée auprès de lui lors de son ultime punition, à le protéger comme elle le pouvait du venin du serpent, ce n'est pas pour rien !), ce qui est vraiment dommage car l'un des aspects les plus intéressants de Loki, c'est ses enfants : il a notamment engendré des monstres, comme Fenrir le loup, Hel la déesse du royaume des morts, le serpent Jürmungand et le cheval à huit jambes Sleipnir et j'ai toujours imaginé Loki comme un bon parent. L'auteur sous-entend également quelque chose à la fin du roman [spoiler] après l'apocalypse, c'est le noir complet et Loki a cette phrase assez étrange : "Que la lumière soit." Donc l'auteur sous-entendrait que Loki est... dans un sens, le dieu créateur dans la Bible, ou alors qu'il a initié le judaïsme/christianisme, et... je n'adhère pas, même si l'idée a un quelque chose d'ingénieux [/spoiler]. Il y a quelques moments, des chapitres où Loki nous est sympathique. On le plaint car il est souvent humilié, insulté, menacé par les autres dieux, et Loki fait souvent preuve d'humour et d'ingéniosité ; malgré cela j'ai... parfois eu du mal avec ce roman à cause du personnage. Après, je le répète, chacun a sa propre interprétation de Loki et je n'adhère pas à celle de l'auteur...


Wolf's Father de Sceith-A's (DeviantART), représentant Loki et son fils Fenrir.

Heureusement, il y a des scènes sympathiques, notamment lorsqu'il y a de l'entente entre Thor et Loki, ou Odin et Loki. Ces derniers forment d'ailleurs dans le roman une relation intéressante : Odin est le premier dieu que Loki rencontre, et il y a une sorte d'entente entre eux. Odin veut dans un premier temps faire confiance à Loki, et Loki semble parfois apprécier la compagnie d'Odin. Le fait que Loki soit également attiré par Odin s'explique aussi par le fait que ce dernier possède une part sombre que seul Loki comprend. Il y a beaucoup de complexité et une certaine tragédie dans leur relation, que j'ai vraiment trouvé intéressant : les deux sont incapables de se faire pleinement confiance, il y a des périodes d'entente mais ça ne dure jamais, comme l'Ordre et le Chaos peuvent se frôler, se croiser, se rencontrer mais jamais s'accorder.


Mon gros soucis avec ce livre reste le fait que je n'adhère pas à la version de Loki de l'auteur. Outre ce fait, ce roman est un bon moyen pour découvrir avec une plume moderne et fluide la mythologie nordique avec sa panoplie de divinité. Toutefois, avis à ceux.elles qui ne sont pas familiers.ères avec cette mythologie, celle-ci a des épisodes aussi, voire plus, étranges que ceux de la mythologie grecque !


Extrait :

Nous avions revêtu l'aspect du Peuple, ne portions ni arme ni symbole de statut. Et je dois reconnaître que partir chasser avec seulement une fronde et une poignée de pierres, dormir à la dure sur une couverture, à la belle étoile, et laisser derrière moi Asgard et ses tensions politiques, me plaisait. Faire semblant d'être quelqu'un d'autre, quelqu'un d'insignifiant, m'amusait. Et pourtant, cela restait une mascarade. Odin et moi le savions tous les deux. Une sorte de jeu, l'illusion de ce qui aurait pu advenir si lui et moi avions été capables de nous faire confiance, pour changer. Alors, nous avons chassé, et chanté, et ri, et échangé des histoires soigneusement censurées du bon vieux temps, pendant que chacun de nous surveillait l'autre du coin de l’œil et se demandait quand tomberait le couperet.

Leçon 11 : Rançon. (Livre II - Ombre)



Ce billet est une participation au challenge :

samedi 28 avril 2018

Napoléon, Joséphine et les autres - Isabelle Bricard.


L'auteur : Isabelle Bricard, née en 1954, est une historienne française, auteur de nombreux ouvrages tels que Saintes ou pouliches, l’éducation des filles au XIXe siècle (1985), Moi Léon, fils de l’Empereur (1988), Les Dynasties régnantes d’Europe (2000), Napoléon, Joséphine et les autres (2009), ou encore La Mort des grands hommes (2013).

Quatrième de couverture :

Rien d'humain ne battait sous son épaisse armure... a prétendu Lamartine en parlant de Napoléon.

Lamartine se trompait ! 

L'homme de guerre invincible qui déplaçait les frontières, taillait dans la chair des nations, faisait et défaisait les dynasties, l'administrateur infatigable, le législateur inspiré avait un amour qui battait sous sa redingote grise. Il y a chez Napoléon une faculté d'aimer aussi singulière que l'est chez lui la faculté de penser et d'agir, et qui en fait un mari et un amant aussi étonnant que le soldat ou l'homme d'Etat. 

Désirée, Pauline, Georgina, Antoinette, Adèle, Éléonore, Marie, Marie-Louise, pour ne parler que des plus marquantes... Femmes d'un soir, d'un mois, ou beaucoup plus, coups de sang ou véritables attachements, intrigantes ou - beaucoup plus rarement - désintéressées, conquêtes généralement faciles, elles jalonnent la vie amoureuse de Napoléon comme les victoires militaires jalonnent ses campagnes. 

Napoléon et l'amour... Un sujet moins frivole qu'il n'y paraît car on peut se demander si la misogynie affichée par le "petit caporal", cette misogynie qui transpire dans bien des articles du Code civil, n'est pas le prix payé par toutes les femmes pour les mensonges, les infidélités et l'incorrigible coquetterie d'une seule : "l'incomparable Joséphine".

Mon avis :

On ne présente plus Napoléon Bonaparte qui, de par son vécu qui ressemble à une incroyable épopée, a atteint l'immortalité dans l'Histoire et les mémoires. Cependant, on connaît de Napoléon davantage le chef militaire et l'empereur. Et si Napoléon a beaucoup fait la guerre, il a aussi fait l'amour et c'est ce que l'auteur nous propose de découvrir dans cet ouvrage.

Napoléon amoureux ! On pense tout de suite à un nom : Joséphine de Beauharnais, qui est quasiment indissociable de Napoléon. L'auteur nous propose de (re)découvrir l'histoire de ce couple et, de ce fait, corrige certaines idées reçues : non, ce ne fut pas un coup de foudre de la part de Napoléon, et il s'agissait avant tout d'un mariage d'intérêt (ou le futur marié arriva deux heures en retard !) entre les deux époux. Joséphine n'est pas d'ailleurs le véritable nom de la dame puisqu'elle se nomme Marie-Joseph-Rose et c'est Napoléon qui la baptisa Joséphine. Une habitude qui n'est pas nouvelle pour ce Corse qui changeait parfois le nom de ses conquêtes, afin de ne pas utiliser un nom tant de fois prononcé par les anciens amants de la dame concernée.


Napoléon et Joséphine.
Mais alors, est-ce que Napoléon et Joséphine, qu'on présente comme étant une grande histoire d'amour est un mensonge ? Oui et non. Napoléon a profondément aimé sa Joséphine, et celle-ci a beaucoup d'affection pour celle qu'elle a toujours nommé "Bonaparte". La tragédie de ces deux tourtereaux est qu'ils n'ont pas vraiment été amoureux en même temps. La belle a beaucoup trompé Napoléon pendant les premières années du mariage, notamment lorsque monsieur était en campagne en Egypte ou en Italie alors qu'il ne pensait qu'à elle. Bientôt, et après plusieurs menaces de divorce, ils restent ensemble et c'est Napoléon qui se met à tromper plusieurs fois sa belle qui en devient vite jalouse et n'hésita pas à faire des crises de larmes afin d'émouvoir son époux. Pour garder son époux auprès d'elle, à défaut de pouvoir lui faire un enfant, elle n'hésite pas à sacrifier sa fille, Hortense, en la mariant à l'un des frères de Napoléon afin de donner un héritier à Napoléon, à travers Hortense.

Pourtant, même s'il n'y a pas eu de coup de foudre, s'ils restent l'une des histoires d'amour les plus célèbres de l'Histoire, ce n'est pas pour rien ! Il y a une réelle affection entre les deux, une complicité entre deux personnes qui ont longtemps vécu ensemble et qui se connaissent très bien, une tendresse que même les infidélités de Napoléon et leur divorce ne feront mourir. Divorce qui n'a d'ailleurs jamais été souhaité par les époux, mais que Napoléon a du forcer pour avoir un héritier à la dynastie impériale qu'il a voulu créer, les Napoléonides. Malgré le divorce, ils continueront à se voir et à penser à l'autre. J'ai beaucoup apprécié redécouvrir l'histoire de ce couple célèbre et redécouvrir également les tempéraments et habitudes des deux époux. Comment Napoléon pouvait être joueur avec son épouse, comment il était souvent exaspéré de cette femme trop dépensière à qui il payait les dettes, comment il appréciait sincèrement les enfants de Joséphine, comme s'ils étaient les siens, comment Joséphine connaissait son Bonaparte et savait bien le manipuler émotionnellement, car oui, une des faiblesses de Napoléon étaient les larmes de Joséphine, et elle le savait très bien ! Il y a eu beaucoup de tendresse entre eux, et c'était vraiment touchant à découvrir.

L'auteur nous parle également des autres femmes dans la vie de Napoléon, ses compagnes avant Joséphine, ses
Désirée Clary, ancienne compagne de
Napoléon, devenue par la suite reine consort
de Suède et de Norvège.
nombreuses maîtresses, les plus célèbres et les moins connues. La plus connue d'entre elles reste Marie Walewska, celle que l'on surnomme "la femme polonaise de Napoléon", avec qui elle a eu des rapports ambigus. Elle l'a avant tout approché dans l'espoir qu'il sauve son pays de sa situation d'alors, il tombe sous son charme, lui fait des avances qu'elle refuse, on lui mets la pression pour qu'elle tombe dans ses bras, il aurait abusé d'elle mais elle s'éprend à son tour de lui (vous comprenez pourquoi le terme "ambigu") et lui donne même un enfant.


Il est également impossible de parler de Napoléon sans évoquer sa seconde épouse, Marie-Louise d'Autriche, petite nièce de la défunte reine Marie-Antoinette. Si le conquérant semble amoureux pendant un temps, et aura toujours de la tendresse envers elle (même à son exil à Sainte-Hélène, alors que sa femme l'a abandonné et s'est mariée avec un autre), il s'ennuie avec elle. Elle lui a donné un héritier qui le combla, mais le jeune Napoléon II n'a jamais régné... Et ce n'est pas la belle Autrichienne qui resta dans les mémoires et le cœur des Français... et de Napoléon, mais bien Joséphine qui a rempli à merveille son rôle d'Impératrice car, à l'inverse de son époux, le monde, ça lui connaît et elle sait recevoir.

J'ai beaucoup apprécié la lecture de cet ouvrage qui s'est révélé être très instructif, d'autant plus que le sujet s'est révélé être intéressant car il nous permet de découvrir Napoléon sous un autre angle : la romance. C'est également bien écrit, l'écriture est fluide et agréable, et on a presque l'impression de lire un roman ! J'aurais cependant souhaité que certains éléments soient plus approfondis, plus travaillés comme le quotidien de Napoléon et Marie-Louise en tant qu'époux, que les sentiments de Marie Walewska soient davantage expliqués car leurs rapports étaient vraiment ambigus et j'aurais voulu que l'auteur explique un peu le pourquoi de l'amour et du dévouement de la comtesse Polonaise à l'égard de Napoléon. J'aurais également voulu davantage de détails sur la vie de Napoléon et Joséphine, notamment au début de leur mariage. Outre ces points, je n'ai pas grand chose à ajouter, et je ne veux pas trop m'étaler. Comme disait Napoléon lui-même : "Quel roman de ma vie !".



Napoléon, Marie-Louise et leur fils.

Extrait : 

Pour se remettre de cette terrible quinzaine, le couple impérial reste quelques jours à Marracq, avant de remonter vers Paris. Une vraie lune de miel ! Le couple se promène sur la plage ; Napoléon, qui est d'excellente humeur, se baigne et se livre avec Joséphine à des gamineries de jeune marié. Il la poursuit sur le rivage, la pousse à l'eau, lui chipe ses chaussures qu'il jette à la mer, l'obligeant à remonter déchaussée en voiture pour mieux voir ses jolis pieds qu'il adore. Joséphine se remet à sourire et se croit revenue au temps béni du Consulat. "Je suis près de l'Empereur, écrit-elle à son fils, chaque jour semble le rendre plus aimable et plus parfait pour moi." De son côté, elle est aux petits soins pour son époux, et comme il raffole du parmesan, elle prie Eugène de lui en envoyer de Milan, et du meilleur !

Chapitre XI. Prélude au divorce.


Ce billet est une participation au :

mercredi 18 avril 2018

François-Joseph et Sissi : Le devoir et la rébellion - Jean des Cars.


L'auteur :

Jean des Cars, né le 24 avril 1943, est un journaliste, écrivain et historien français. Il se spécialise notamment sur les grandes familles royales européennes, telles les Habsbourg, les Winsdor, les Grimaldi ou encore les Romanov, auxquelles il a consacré de nombreux ouvrages.

Quatrième de couverture :

Pour l'éternité, ils constituent un couple légendaire parmi les plus célèbres de l'histoire. Pour le meilleur et pour le pire, entre quelques joies et d'innombrables tragédies, toutes ancrées dans la mémoire européenne, préludes à la fin d'un monde, celui d'avant 1914, « le monde d'hier » de Stefan Zweig.

Étayé sur une nouvelle approche documentaire, cet ouvrage se propose de relater la vie de ce couple imprévu, donc romanesque. Cette union fut un des grands romans du Gotha de la seconde moitié du XIXe siècle. Quelle fut leur vie, publique et privée ? Comment fonctionnait cette monarchie conjugale, double elle aussi ? Dans quels domaines furent-ils d'accord ? Savaient-ils la vérité sur la mort de leur seul fils et héritier à Mayerling ? Et cette question simple mais essentielle : se sont-ils réellement aimés à défaut d'être heureux ?

De l'union à la cohabitation, des crises à l'entente cordiale, de l'amusement à l'agacement, de l'exaspération à la colère, cette biographie croisée présente le destin exceptionnel de deux têtes couronnées devenues des mythes de leur vivant. Celui du « dernier monarque de la vieille école », amoureux définitif de son épouse fuyante, assassinée par un anarchiste ignorant que sa victime était bien plus révolutionnaire que lui et qu'elle espérait cette délivrance. Une mort qui bouleversa les peuples et dévasta son inconsolable mari. C'est la rencontre d'un homme de devoir et d'une femme en rébellion.

Mon avis :


La Saint Valentin est déjà passée depuis deux mois, ce qui ne m'empêche pas de vous présenter aujourd'hui l'un de mes couples historiques préférés à travers le dernier ouvrage que j'ai lu : Sissi et François-Joseph. Couple mythique, et souvent fantasmé, il n'a jamais cessé (et plus particulièrement Sissi) de passionner particuliers comme historien.nes

Jean des Cars nous propose, dans cet ouvrage, une sorte de double portrait afin de nous faire découvrir l'histoire de ce couple mythique mais aussi l'histoire et la personnalité des deux époux On a tendance à les présenter soit comme un couple heureux (aidé par les nombreuses adaptations à l'écran et notamment les célèbres films avec Romy Schneider, que j'adore), soit comme un couple heureux au départ mais qui a vite tourné vers les désillusions et la tragédie. La réalité se révèle être plus nuancée que cela.

Commençons d'abord par le commencement ! Jean des Cars nous plante le décor et les protagonistes à travers les premières rencontres entre Sissi et François-Joseph. Jeune empereur très en vu en Europe, Vienne et l'archiduchesse Sophie, mère de l'empereur, cherchent à le marier. Après plusieurs rencontres n'ayant pas abouti, Sophie se tourne du côté de sa famille et choisi la jeune Hélène, fille aînée de sa sœur, Ludovica, duchesse en Bavière. Une rencontre est organisée par les deux mamans dans la ville de Bad Ischl. Cependant, ce n'est pas sur Hélène que François-Joseph jette son dévolu, mais sur Sissi, sa jeune sœur à peine âgée de 15 ans, contre toute attente. Malgré son jeune âge, elle charme l'empereur par son caractère naturel et enjoué. Pour l'empereur c'est décidé : ce sera Sissi sa femme, n'en déplaise à sa mère l'archiduchesse, tout à fait contre cette union, d'autant plus que, contrairement à Hélène, Sissi n'a jamais été préparée pour devenir impératrice.

François-Joseph et Sissi, à l'époque des fiançailles.

C'est ainsi que commence l'une des plus grandes histoires d'amour de l'Histoire. Jean des Cars poursuit ensuite avec les épisodes suivants : les préparations du mariage, l'arrivée à Vienne et le mariage. Fini le temps des rêves pour Sissi qui subit une désillusion brutale. Enfant de la nature et éprise de liberté, elle n'a pas été élevée avec les étiquettes de la Cour et n'arrivera jamais à s'habituer à la cour de Vienne et son code très strict, où elle ne peut décider de rien et où tout est décidé pour elle. Une cour où elle bute sans cesse sur les interdits (elle ne peut, par exemple, pas aller voir son mari sans se faire annoncer et y être autorisée), dans laquelle elle se sentira comme un oiseau en cage et qu'elle cherche à fuir à tout prix. Pour fuir cette cour qui l'empoisonne et les relations houleuses avec sa belle-mère, l'archiduchesse Sophie qui trouve tous les défauts à cette bru qu'elle n'a pas voulu, Sissi voyage à travers l'Europe : Grèce, France, Italie, Angleterre, Hongrie… Tout sauf Vienne qui l'accuse de ses nombreux voyages et plaint l'empereur, souvent laissé seul.

L'auteur nous présente également les grossesses de Sissi qui donnera quatre enfants, dont trois survivront à l'âge adulte, à l'Autriche dont un héritier disparu tragiquement à Mayerling. Des enfants dont elle n'a pas eu le droit de s'occuper, outre son dernier enfant. Nous faisons également une plongée dans la seconde moitié du XIXe siècle : une Autriche dans la tourmente qui perd peu à peu de son influence en Europe au profit d'une Allemagne grandissante, ses relations diplomatiques avec l'Empire de Napoléon III, l'Allemagne de Bismarck, la Hongrie qui – grâce à la médiation de Sissi – sera annexée à l'Autriche et fera couronner le couple roi et reine de Hongrie. Puis, les guerres italiennes, les relations tendues avec la Hongrie, la famille des Habsbourg et celle de Sissi avec ses bonheurs et surtout ses malheurs à travers les défaites militaires et les pertes de membres de la famille.

À travers l'histoire du couple, l'auteur met aussi en évidence deux caractères différents : d'un côté, nous avons François-Joseph. Un homme simple, de devoir et de convention, qui aime sa routine et, de ce fait, déteste l'ordre et l'imprévu, qui prend son devoir d'empereur très au sérieux et qui se jette corps et âme dans ce travail, souvent tiraillé entre sa mère et sa femme qui exigent des choses différentes de lui. De l'autre côté, nous avons Sissi qui, à l'opposé, est un esprit mélancolique et imprévisible, mais en même temps inventif, instinctif, sensible, extravagante, très en avance sur son temps, le désordre et les voyages sont son univers.


Couronnement de Sissi et François-Joseph
en Hongrie.
Ce sont donc deux caractères opposés et l'on peut alors se demander comment la rebelle Sissi a pu charmer à ce point le sérieux et ordonné François-Joseph et comment elle en est tombée amoureuse. Cependant, là où dans certains couples on dit « Qui se rassemble s'assemble », ici c'est l'adage « Les contraires s'attirent » qui s'applique. L'auteur nous montre, et illustre à travers de nombreuses anecdotes, comment mari et femme ont aussi leurs points communs qui les rapprochent, comment Sissi peut être jalouse et comment François-Joseph s'inquiète où inonde sa belle de mots tendres. Malgré ces caractères incompatibles, ils se comprennent pourtant, avec un certain décalage parfois il est vrai. Le paradoxe est qu'ils ne peuvent vivre constamment ensemble (du moins du côté de Sissi), mais ils ne peuvent vivre l'un sans l'autre comme en témoignent leurs nombreuses lettres expédiées chaque jour lorsque l'un est absent de l'autre et qui suffiraient au fonctionnement d'un service postal.

J'ai beaucoup apprécié découvrir tout cela lors de ma lecture, car malgré les idées reçues : Sissi et François-Joseph ont continué à s'aimer et ce, jusqu'à la fin. J'ai beaucoup apprécié que l'auteur rétablisse la vérité sur des clichés ou des idées reçues, et qu'il nous présente un couple qui s'est aimé du premier jour jusqu'au dernier. Malgré les caractères opposés et malgré les fuites de Sissi loin de Vienne, c'est l'histoire d'un couple qui s'est soutenu et qui est resté soudé face au malheur, qui s'est souvent entraidé (notamment par la médiation de Sissi pour la situation en Hongrie. Elle a été fortement aimée des Hongrois, à l'inverse des Autrichiens qui voyaient en elle une mauvaise impératrice, mère et épouse du fait de ses nombreux voyages).

J'ai aussi apprécié le fait que, contrairement à de nombreux documentaires (livres ou films) sur Sissi, Jean des Cars n'ait pas cherché à idéaliser Sissi, à nous la présenter comme une femme merveilleuse dénuée de défauts car, comme chacun, Sissi avait ses qualités et ses défauts, ce qui fait d'elle un personnage intéressant et haut en couleur. Ce fut également agréable de découvrir un peu mieux François-Joseph, sur lequel peu de gens s'attardent, souvent laissé dans l'ombre de sa femme. On découvre l'histoire et la personnalité d'un homme fou amoureux de sa femme qu'il a pourtant du mal à comprendre, et qui est resté digne et fort même lorsque la tragédie frappait son empire ou sa famille. Ce fut un réel plaisir que de (re)découvrir l'histoire et la personnalité de ces deux personnages, et à quel point ils s'aimaient, malgré tout. Jean des Cars m'a à la fois rappelé et fait découvrir de nouvelles raisons pour me montrer à quel point je trouve ce couple terriblement attachant et fascinant.

En lui-même, le livre est un bel objet. Si l'épaisseur peut faire peur au premier abord, le style de l'auteur est très agréable à lire et cela se lit comme un roman. Cela aide que la plupart des chapitres sont courts, ce qui rend la lecture aisée et confortable. Ce documentaire est aussi agrémenté de nombreuses photographies, peintures et gravures, dont plusieurs m'étaient inconnues, ce qui apporte un petit plus très agréable et nous permettent d'associer un événement ou des personnages à une image.

Sissi, François-Joseph et leurs enfants : ici Gisèle et Rodolphe,
d'après une photographie de 1862.

Extrait :

On lui vole sa lune de miel, mise sous surveillance, et seuls leurs appartements permettent au couple de se retrouver. Mais ce travailleur acharné qu'est l'empereur se couche tôt… Aussi, puisqu'elle ne le voit pas assez, Sissi a l'idée de l'accompagner à Vienne. Par ruse, un matin, elle se glisse dans l'équipage, et François-Joseph, ému et amusé, ne s'y oppose pas. Funeste ambition ! L'archiduchesse foudroie sa nièce : se prendrait-elle pour l'épouse d'un commerçant, d'un bourgeois, voire d'un petit fonctionnaire ? Oublie-t-elle déjà qu'elle est l'impératrice consort et que son statut implique des devoirs, des usages, des traditions ?

Chapitre 3 – Une lune de miel sous surveillance.


Ce billet est une participation au :

mardi 3 avril 2018

Donatien Lachance, détective de Napoléon (T.1) L'énigme de la rue Saint-Nicaise - Laurent Joffrin.


L'auteur : Laurent Joffrin, de son vrai nom Laurent Mouchard, né le 30 juin 1952, est un journaliste français. Il est également l'auteur de nombreuses publications autour de l'Histoire et de la série des aventures de Donatien Lachance, détective de Napoléon qui compte actuellement trois tomes.

Quatrième de couverture :

Le jour de Noël 1800, une bombe manque de tuer Bonaparte qui se rendait en carrosse à l'Opéra. Le Premier consul décide d'employer les grands moyens pour trouver les coupables, qu'il désigne aussitôt par le calcul politique. Pour lui, ce sont des républicains nostalgiques de la Terreur, qui risquent de gêner son ascension.

Le commissaire Donatien Lachance est chargé de l'enquête. D'une intelligence redoutable, ancien jacobin inflexible devenu un jeune loup du nouveau régime, précurseur de la police scientifique avec son mentor et ministre Joseph Fouché, Lachance suite une autre piste, celle des monarchistes extrémistes. Et il découvre que sur la liste des suspects établie par Bonaparte figure le mari d'Olympe, une jeune républicaine exaltée qu'il a follement aimée. Pour sauver ses amis, il doit résoudre en quelques jours l'énigme de la rue Saint-Nicaise.

Dans le salon de Madame Récamier, dans les luxueuses maisons de plaisir du Palais-Royal, sur les côtes de la Manche où s'affrontent marins français et anglais, Lachance déploie tout son talent de policier et de séducteur pour remplir sa mission. Les idéologie et les passions s'affrontent dans une France à peine sortie de la Terreur qui cherche son destin sous la férule d'un petit homme adulé ou honni qui va devenir empereur.

Donatien Lachance sacrifiera-t-il ses amis à sa carrière ? Ou bien réussira-t-il à triompher des manœuvres subtiles des comploteurs, sans tomber dans les intrigues du pouvoir et le piège des grands sentiments ?

Mon avis :


Je suis revenue vers l'un de mes domaines préférés dans le domaine de la littérature, à savoir le polar historique et comme je faisais une fixette, il y a quelques semaines, sur Napoléon Bonaparte, je me suis penchée sur le premier tome de cette série.

L'auteur se base sur un épisode de notre Histoire et plus particulièrement sur celle de Napoléon, puisque l'attentat du 24 décembre 1800 s'est bel et bien déroulé, dans la rue Saint-Nicaise, aujourd'hui disparue (elle était située au 1er arrondissement de Paris). J'ai trouvé intéressant le fait que l'auteur s'intéresse de près à un épisode méconnu de la vie de Napoléon pour imaginer une enquête, voire une période assez méconnue de l'Histoire. La Révolution française, et par extension la Terreur, est connue de tous (au moins les grandes lignes), idem pour le Premier Empire, mais la période entre les deux ? Un peu moins. Pourtant, avant d'être empereur, Napoléon était général puis Consul.


Détail sur Bonaparte, Premier Consul,
peinture réalisée par Ingres en 1804.
Notre cher Bonaparte fait ici quelques apparitions, et j'ai apprécié le découvrir sous la plume de l'auteur qui a repris le personnage le plus fidèlement possible. Napoléon est consul et non l'empereur que la France a connu, son fabuleux destin n'est pas encore connu de nos personnages dans ce roman, et forcément quelques-uns des personnages, de gens de la société, – dont notre détective – s'interrogent parfois. Ce Bonaparte est indéniablement un grand homme, mais comment le considérer ? Comment considérer cet homme ? Peut-il redresser une France vidée de son sang après la révolution puis la Terreur, se contenter de son rôle de Consul ou ses victoires vont-elles lui permettre de prendre de l'assurance et transformer la nation en un pays rayonnant ou en dictature… Car Napoléon est vif et borné, fougueux mais fin stratège, il épuise son entourage et peut être impitoyable comme il peut être un homme non pas dénué de cœur et d'humour. J'ai beaucoup apprécié découvrir Bonaparte avant Napoléon Ier.

Et puisque ce roman prend place dans une période méconnue de notre histoire, cela nous donne l'occasion de découvrir des personnages historiques moins connus que ce cher Napoléon et son épouse, Joséphine, à savoir : Joseph Fouché, ministre de la Police, Georges Cadoudal, général français, ou encore Juliette Récamier, grande célébrité du monde littéraire et artistique qui réunit beaucoup de monde à travers ses salons parisiens. Des personnages historiques de milieux différents nous permettant de découvrit cette société du début du XIXe siècle (la police, le ministère, les salons, …).

Du côté des personnages fictifs, ils s'en sortent bien. Donatien Lachance est un personnage intéressant, bien qu'il n'attire pas d'emblée notre sympathie et c'est en grande partie du à son sanglant passé sous la Révolution (j'ai cependant trouvé intéressant que l'auteur se démarque un peu des autres personnages détectives de fiction en donnant à Donatien un passé lourd, montrant qu'il n'est pas tout blanc), mais on lit peu à peu un homme intelligent, avec un certain idéal et fidèle en amitié. Il forme un trio intéressant avec son ami Hyacinthe et son épouse Olympe, deux personnages à m'avoir souvent laissé de glace mais qui ne sont pas dénués d'intérêt pour autant. Cependant j'ai eu du mal à m'intéresser à eux pendant une bonne partie du roman, et j'ai été quelque peu déconcertée lorsque le roman a coupé pendant l'enquête pour nous présenter, en quelques chapitres, l'histoire et les relations entre  ces trois personnages. Des chapitres certes nécessaires pour nous aider à mieux comprendre et découvrir ces personnages, mais j'ai pris plus d'intérêt à suivre l'enquête (et attendre chaque scène où apparaissait Napoléon… on assume sa fixation sur un personnage historique ou on ne le fait pas ;p).

Le point fort et à la fois l'inconvénient de ce roman, c'est le contexte. D'un côté, j'ai été parfois déconcertée lorsque l'auteur coupait une scène pour nous parler, pendant quelques pages, du contexte sur un sujet donné, pour nous apporter des explications sur un élément. Lorsqu'on commence un chapitre ou une scène et que c'est interrompu pour des explications de quelques pages, ça peut surprendre ! Il y a quelques digressions et lenteurs qui ralentissent l'enquête, ce qui était un peu dommage… J'aurais aussi favorable à ce que l'auteur nous explique un peu ce qu'est un Jacobin, un Chouan, etc, et la différences entre ces partis car, à moins de connaître cette période de l'Histoire, on peut s'y perdre.

Rue Nicaise, 3 Nivose an 9 de la Répque fse
Gravure d’époque à l’aquatinte sur l’attentat du 24 décembre 1800.

De l'autre côté, je ne peux pas nier le travail de recherches de l'auteur pour nous fournir un roman retraçant fidèlement l'époque dans laquelle l'intrigue se situe. On retrouve, relaté fidèlement, le contexte social et politique de l'époque, ainsi que le climat de cette société à peine sortie de la Terreur mais pas encore pendant l'Empire de Napoléon. Le climat reste tendu, on ne sait à qui faire confiance, il y a des tensions entre les différents partis (Jacobins, royalistes, républicains, chouans, etc), des gens dénoncent, la société réprime sévèrement, la société est observée, contrôlée, sous l’œil d'une inquisition parfois cruelle et parfois bienveillante… quelques traces, encore visibles, de ce règne de Terreur qui a tant marqué. Le nouveau gouvernement veut l'ordre et la paix et utilise tous les moyens pour cela.


Pour parler rapidement de l'enquête sans spoiler, celle-ci est bien menée. Comme Donatien, on s'interroge et se demande qui est/sont le ou les coupable(s), comment ils s'y sont pris, obéissent-ils à quelqu'un ou était-ce de leur plein gré ? On suit progressivement l'enquête et on découvre tout en même temps que notre détective. On peut reprocher que l'enquête traîne un peu, mais la police scientifique n'existait pas alors, les témoignages et l'observation et l'analyse comptent beaucoup et, une fois que l’étau se resserre au niveau de l'enquête, ça en devient passionnant et on ne lâche plus le livre avant la résolution de l'affaire !

Pour résumer : un roman avec un cadre historique retracé fidèlement, une enquête qui tient la route et nous tient en haleine jusqu'à la résolution, des personnages intéressants ; mais cependant quelques longueurs et digressions. Heureusement, cela ne gâche pas la lecture du roman, et je serais éventuellement tentée de découvrir le second tome, un jour !

Extrait :

Donatien regarda l'échiquier, désarçonné. Il trouvait son roi découvert alors qu'il avait pris soin de le protéger derrière un pion lui-même soutenu par un fou et un cheval. Ce pion avait disparu [...] Déconfit, Donatien refit mentalement les mouvements qui l'avaient conduit dans ce traquenard. Décidément, il n'arrivait pas à comprendre comment ce pion à la position si importante avait pu échapper à son attention. Que diable en avait-il fait ? Puis une idée jaillit dans son esprit. Il se redressa et porta un oeil inquisiteur sur son adversaire. Celui-ci avait suivi ses mimiques. Il prit un air innocent puis éclata de rire, faisant se retourner les autres joueurs occupés à ranger leurs cartes. Il sortit sa main de derrière son dos et l'ouvrit. Le pion noir s'y trouvait. Bonaparte rit encore plus fort, très content de son tour.

- Vous avez gagné, Lachance. Ne faites pas cette figure ! Vous jouez mieux que moi. Mais ce sera une leçon pour vous. Avec cette méthode, j'ai gagné plusieurs batailles. A la guerre, sachez-le, il n'y a pas de règle. Le tricheur est absous s'il est vainqueur.

9. Mme Récamier.

Ce billet est une participation au :