dimanche 30 août 2015

Odd et les géants de glace - Neil Gaiman.

Quatrième de couverture :

Dans un village nordique isolé, vit Odd, douze ans, un garçon à qui la chance ne sourit guère : son père n’est jamais revenu d’une expédition viking, et un arbre a écrasé sa jambe, le laissant boiteux. Cette année, l’hiver glacial ne se termine pas, rendant les villageois bougons et méfiants. Un aigle, un ours et un renard apprennent à Odd pourquoi l’hiver a envahi le pays : les géants de glace l’ont givré. Seul un garçon très spécial, malin, optimiste et à l’éternel sourire serait en mesure de ramener l’ordre chez les dieux, et la chaleur chez les hommes


Emprunt médiathèque.





Mon avis :


Dans un hiver qui n'en finit pas, Odd, fuyant son beau-père, décide de se réfugier dans l'ancienne cabane de son père. Sur sa route, le jeune Odd croise un ours dont la patte est coincée dans un tronc d'arbre. Bien que les ours peuvent être imprévisibles et violents, le jeune garçon décide de lui venir en aide. Au lieu de l'attaquer, l'ours décide de le suivre. Sur le chemin, ils tombent sur un aigle borgne et un renard rusé qui décident à leur tour de suivre cet étrange duo. Ils se rendent dans la cabane qui appartenait au père de Odd où ils passent la nuit. Cette fameuse nuit, Odd surprend une conversation (dispute est plutôt le mot exact) entre ses étranges camarades. Pris en flagrant délit, les animaux décident de révéler la vérité à Odd : bien qu'ils aient l'apparence d'animaux, ils ne sont pas des bêtes mais des dieux ! Et pas n'importe lesquels ! Thor, Loki et Odin, tous les trois victimes et prisonniers d'un enchantement, après une confrontation avec un géant des glaces qui est aussi la cause de l'hiver éternel. Pour les aider à retrouver leurs apparences et à chasser l'hiver éternel, Odd va devoir affronter les géants de glace. 

Cette histoire se présente donc un peu comme une sorte de quête pour aider trois dieux du panthéon nordique, et présente même quelques similitudes avec La Reine des Neiges (ne serait-ce que pour l'hiver éternel qu'il faut chasser, sauf que les géants de glace ne se mettent pas à chanter "Libéré, délivré" !). C'est un conte pour enfants, illustré, facile et rapide à lire. Rien de bien exceptionnel, mais une première approche sympathique pour faire connaître à petits (ou grands) les légendes nordiques et sur les vikings, même si j'ai eu un goût de trop peu. Je regrette que l'intrigue soit un peu trop simple, mais c'est un livre jeunesse et je ne fais plus partie du public visé, donc ceci explique cela. 

Ça reste une jolie histoire, et l'auteur a le mérite de s'être penché de près sur les Vikings et la mythologie nordique, qu'on ne retrouve que peu dans le domaine de la littérature moderne (je ne compte pas les Marvel), avec les dieux Thor, Loki, Odin, et des références comme Asgard, le marteau de Thor ou mon histoire préférée dans la mythologie nordique, celle où Thor et Loki se déguisent en femmes pour récupérer le marteau de Thor. Donc cette histoire est une bonne introduction sur ces deux sujets et nous présente un héros sympathique, Odd, à qui la vie n'a pas sourit puisqu'il a perdu son père, que son beau-père n'est que peu sympathique, et qu'il est devenu boiteux depuis qu'un arbre lui est tombé sur le pied. Il est, d'autant plus, trop petit et maigre pour faire un bon Viking, mais c'est un jeune garçon qui reste souriant, optimiste et courageux, qui refuse de se laisser abattre ou gagner par le désespoir.

Pour conclure sur ce court roman : c'est un conte plutôt mignon avec une quête, et un héros attachant. L'écriture de l'auteur est fluide et l'histoire se lit rapidement. Il ne faut pas attendre  grand chose de ce conte. Au vu des nombreux avis positifs, j'avais beaucoup d'attentes, ce qui fait que j'ai été légèrement déçue. Je mets ça aussi sur le compte que je ne fais pas partie du public visé et que j'aurais sans doute mieux apprécié ce récit plus jeune. Cependant, adapté en dessin-animé ou en petit film animé, ce récit pourrait être bien sympathique à visionner !

Extrait :

L'hiver, quand la neige épaisse empêchait tout voyage, le père d'Odd restait auprès de l'âtre pour s'adonner à la sculpture : il taillait dans le bois des visages, des jouets, des timbales, des bols, pendant que sa mère cousait et cuisinait et, toujours, chantait.
Elle avait une très belle voix.
Odd ne comprenait pas les paroles de ses chansons, mais elle les lui traduisait après les avoir chantées, et la tête du garçon s'emplissait de beaux seigneurs chevauchant leur superbe destrier, un noble faucon au poing, toujours accompagnés d'un chien fidèle trottinant à leur côté, qui allaient se fourrer dans toutes sortes d'ennuis : combattre des géants, secourir des damoiselles en détresse, libérer les opprimés de la tyrannie.
Après la mort du père, sa mère chanta de moins en moins.
Mais Odd souriait toujours, et cela rendait les villageois fous de rage. Il continua de sourire même après l'accident qui lui estropia la jambe droite.

Chapitre 1 - ODD.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire