jeudi 23 juillet 2009

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates - Annie Barrows et Mary Ann Shaffer.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/LeCercleLitterairedesAmateursdEpluchuresdePatates.gif
 
Les auteurs :
 
http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/annieandmary.jpg

Mary Ann Shaffer, (1934 - 2008), était une libraire, bibliothécaire et écrivain américaine. Annie Barrows est sa nièce et une auteur de livres pour enfants, elle a co-écrit ce livre.




 
 
 
 
Quatrième de couverture :
 
Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, un natif de l’île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis – un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d’un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d’une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates…) délices bien évidemment strictement prohibés par l’occupant.

Jamais à court d’imagination, le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d’humanité Juliet est conquise. Peu à peu, elle élargit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle et même d’autres habitants de Guernesey , découvrant l’histoire de l’île, les goûts (littéraires et autres) de chacun, l’impact de l’Occupation allemande sur leurs vies… Jusqu’au jour où elle comprend qu’elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Alors elle répond à l’invitation chaleureuse de ses nouveaux amis et se rend à Guernesey.


 
Mon avis :
 
Livre dévoré en peu de temps, malgrè le nombre de pages, j'avoue que je n'ai jamais lu de livre aussi vite que ça ! (mis à part les tomes HP, les livres d'Anne Rice et le Dracula de Bram Stoker) Je cherchais un livre qui me fasse vibrer, un livre qui me fait accrocher à lui dès les premières pages, un bon livre quoi ! J'en avais marre des livres où mon avis se résumait à "bien mais sans plus", on peut dire que ce livre m'a comblé !

L'histoire : alors que Londres se remet doucement de la Seconde Guerre Mondiale, Juliet Ashton est une écrivaine en mal d'inspiration, à la recherche d'idées pour un prochain roman. Un jour, elle reçoit une lettre d'un habitant de Guernesey : un certain Dawsey Adams, qui a retrouvé son adrese dans un ouvrage de Charles Lamb, un auteur que les deux protagonistes appréçient. S'enchaîne alors une correspondance entre les deux personnes, mais aussi entre Juliet et son entourage, correspondance où Juliet découvrira l'existence d'un cercle littéraire des amateurs de littérature et de tourte aux épluchures de patates, crée grâce à la rapidité d'esprit d'une habitante de Guernesey, durant l'Occupation. Au fil des lettres, Juliet se lie d'amitié avec les différents habitants de l'île, et...

Sincèrement, je ne regrette vraiment pas cet achat ! Les personnages sont extrêmement attachants, surtout Juliet avec laquelle je m'identifie surtout par son amour des livres, j'aurais voulu rencontrer de tels personnages (et pas des idiots qui me demandent pourquoi je lis et où est l'interêt...), toute cette communauté si attachante. Ce livre est une hymne à la lecture, ce doit-être pour ça qu'il m'a envoûté dès les premières pages. Un livre comme ça, on le savoure comme une bonne part de tarte et on regretterait presque qu'on ai fini de manger ! Mais ce que j'ai surtout appréçié, outre l'histoire et l'omniprésence des livres, ce sont les personnages ! On a une vague de personnages qui ont chacun leurs particularités, et qui dédramatisent l'histoire car c'est en 1946 qu'elle commençe, donc il y a toujours cette atmosphère d'après-guerre, et les Londoniens et habitants de Guernesey n'ont pas repris leur vie d'avant la guerre, mais les personnages ont assez de ressources et de malice pour ne pas s'effondrer et nous abattre avec eux. Et puis, cette touche oh so british, cet humour anglais si cher à mon coeur, que j'aime retrouver, l'histoire qui se met tranquillement en place, assez pour qu'on connaisse mieux les personnage, qu'on entre dans cet univers, pour mieux appréçier toute la beauté du livre, de l'écriture. Juste ce qu'il faut. Pas d'atmosphère déprimante, froide et grise de fin de guerre, mais pas non plus de "Don't worry, be happy" ou "La vie est belle !". Un peu d'optimisme et de réalisme dans ce monde d'après-guerre.

La plume des deux auteurs est un délice, elles sont vraiment habiles dans l'écriture, c'était vraiment une lecture très agréable bien que je ne pense pas me remettre de l'anecdote avec Oscar Wilde ! Mais on est vite emportée, ce livre est un bijou qui nous tient en haleine jusqu'au bout, un livre qu'on a du mal à lâcher. Ah oui ! Par contre, je LE savais pour Juliet et Dawsey Adams, dès le début ^.^

 
Extrait : 

 
"Tu te souviens de notre premier emploi à Londres à ta soeur et à moi ? Chez Mr. Hawke, ce bouquiniste grincheux ? Je l'adorais. Il ouvrait un carton de livres, nous en tendait un ou deux, et disait : "Pas de cendre de cigarette, mains propres et, pour l'amour de Dieu, Juliet, épargnez-nous vos notes dans les marges ! Sophie, très chère, ne la laissez pas boire de café quand elle lit." Et nous disparaissions avec nos nouvelles lectures."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire