samedi 17 juillet 2010

Un homme accidentel - Philippe Besson.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/UnHommeAccidentel.jpg
 
'You're the only one I see...'
- Slow life, de Grizzly Bear -
 
L'auteur :
http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/philippebesson.jpg

Philippe Besson est un homme d'affaire et un écrivain français, né le 29 janvier 1967.

Emprunt médiathèque.



Quatrième de couverture :
 
'Nous n'aurions jamais dû nous rencontrer. Seulement voilà, le hasard nous a mis en présence. Si on veut bien considérer que la découverte d'un cadavre sur les pelouses impeccables de Beverly Hills est un hasard.'
 
Deux êtres que tout sépare se trouvent brutalement réunis par la mort d'un inconnu. Aussitôt, entre ces deux-là, surgit, sans qu'ils s'y attendent et sans qu'ils puissent s'y opposer, un sentiment violent. Un sentiment qui va les arracher à la solitude et au mensonge. A Los Angeles, ville mythique et dangereuse, une intrigue criminelle peut quelquefois devenir une intrigue amoureuse.


Mon avis :
 
J'avais repéré ce titre sur le blog de Le Coin Littéraire, et j'ai eu la chance de le trouver à la médiathèque. Ce livre avait tout pour me plaire : un polar hollywoodien (où la fâcheuse manie des écrivains français de situer l'intrigue de leur livre partout sauf en France. Pas que ça me gêne mais... il est pas beau notre pays ?), une histoire d'enquête policière, de meurtre, un flic sans histoire, sans reproche, embarqué du jour au lendemain dans une relation qu'il aurait préféré ne pas avoir : tomber amoureux d'un de ses suspects, un homme qui plus est, alors que le flic lui-même est marié et bientôt père. Chouette ! Conflits intérieurs, tortures mentales, se remettre en question, avec du polar, du policier en plus ! Génial, mais...

C'est le récit d'un flic sans histoire, réservé, qui faisait correctement son boulot. Marié et bientôt papa. Qui aurait cru que cet homme irréprochable ferait une longue descente aux enfers à cause d'une histoire de meurtre ? Mais un bon flic ne se serait jamais, jamais, jamais permi de se laisser avoir des contacts avec l'un des suspects. Mais il est faible, et il se laisse entraîner dans cette relation troublante avec ce suspect, cet acteur chéri d'Hollywood, ne sachant pas où cela va le mener... Il n'est pas raisonnable de mélanger travail et vie privée...

Bon, je n'ai pas été déçue, juste que j'ai eu des attentes et elles n'ont pas toutes été remplies. L'enquête est en bruit de fond, elle n'avançe pas trop où alors c'est le lecteur qui n'en entend pas trop parler car le flic/narrateur préfère se concentrer sur sa relation avec le suspect, beau gosse d'Hollywood, acteur nommé Jack Bell. On en apprend pas assez sur l'enquête, à croire qu'elle n'est là que pour servir de pretexte à compliquer une histoire d'amour quasi-impossible entre un flic et le supposé criminel. Je m'attendais à quelque chose de plus complexe, surtout au niveau des sentiments, du conflit intérieur du flic sans nom. Il est faible, timide et réservé, il a des remords oui, mais... pas assez. A croire que ça ne lui fait pas grand chose de trahir sa femme enceinte, de briser son ménage pour une amourette avec un acteur canon dont on ignore la sincérité de ses sentiments envers son homme [ bon, on s'en doute un peu depuis le début que c'est lui, le meurtrier. Maintenant, comment savoir s'il n'a pas entraîné le flic dans cette adultère, cet amour interdit juste dans l'espoir d'embobiner le filc, espérer s'en sortir, même s'il se suicide à la fin, même si son tragique passé lui donne l'envie d'être aimé, l'auteur ne précise pas. Dommage, j'aurais aimé savoir... ]

Enfin, Philippe Besson a eu l'audace d'écrire une relation homosexuelle, c'est ça qui m'a surtout attirée. Ca change des amours hétérosexuels. On n'en retrouve pas souvent, même si on se dit tolérant. Donc j'ai aimé ce côté relation homosexuelle plutôt rare dans la littérature, même si j'aurais aimé la relation plus complexe, plus torturé, renforcer l'interdit de cet amour. Je voulais des conflits intérieurs, des tortures mentales, des choix difficiles : l'homme qu'on aime ou le boulot et la famille qu'on a construit ? J'aurais voulu plus de complications dans la relation naissante de cet amour voué à l'échec, plus de bâtons dans les roues... mais on en a peu. C'était bouleversant... mais pas assez.

Au niveau de l'écriture. C'est assez oral, mais l'auteur a sû saisir avec des mots vifs et des phrases courtes la force des sentiments, les dits et non-dits, parfois c'est vibrant et sensible. Le narrateur nous raconte sa vie, mais en nous faisant savoir dès le début dans quelle situation il est maintenant, depuis Jack Bell. Dommage car on sait déjà comment ça va se finir, une fin malheureuse, il n'y a plus de suspence, pas de surprise. Enfin bon. Ce livre dans l'ensemble n'est pas si mal que ça, l'idée de départ, l'histoire est plutôt bonne et cet aspect amour homosexuel interdit est intéressant à exploiter. Même si j'aurais aimé que certaines choses soient plus complexes et/ou exploitées. Un bon roman dans l'ensemble, que je suis contente d'avoir lu, mais sans plus. Pas inoubliable malgrè tout.

Extrait : 
 
Il y a des choses qu'on ne décide pas. Des événements qu'on ne voit pas venir. Et quand ils se produisent ou sont au bord de se produire, c'est déjà trop tard. Il y a des chemins qu'on emprunte sans se douter du danger, tout a l'air calme autour, pourquoi on se méfierait, pourquoi on serait sur ses gardes ? Il y a des gens vers qui on va, sans les craindre, sans rien attendre d'eux, on est persuadé qu'on ne croisera plus jamais leur chemin et puis un jour, ils sont là, à nouveau, devant nous, et on est surpris mais pas inquiet et on tend la main, on accepte de prendre un verre ou d'échanger une cigarette, ou de parler du temps qu'il fait, de la vie qu'on voudrait et voilà, on est mort sans s'en apercevoir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire