lundi 17 décembre 2012

Les chansons du Séraphin (T.2) L'épreuve de l'ange - Anne Rice.

 Du même auteur :
Emprunt médiathèque.





Quatrième de couverture :

« J'ai rêvé d'anges. Je les contemplais, les entendais dans l'étendue galactique de la nuit. Je sentais l'amour dont ils m'entouraient. Je sentais aussi une sorte de tristesse me dévaster, m'emportant vers ces voix célestes qui chantaient pour moi ».

Rome, XVIe siècle. La Ville éternelle, la ville de Michel-Ange, de Raphaël. Mais aussi la ville où est née l'Inquisition, où s'affrontent les Médicis et les papes avides de pouvoir... C'est là qu'est propulsé Toby O'Dare, ancien tueur à gages. Son ange gardien, Malchiah, lui propose diverses missions qui lui permettront de racheter ses crimes. Cette fois-ci, Toby doit enquêter sur un médecin juif accusé d'empoisonnement et de sorcellerie. Saura-t-il vaincre les terribles rimeurs et sauver ce jeune noble qu'on soupçonne d'être maudit ?

Mon avis :

Après ma découverte, il y a quelques semaines, de L'Heure de l'Ange, premier tome de la nouvelle saga d'Anne Rice qui m'a convaincue dans l'ensemble, j'étais curieuse et même impatiente de découvrir la suite. Et je dois dire, je suis convaincue par ce second tome malgré quelques éléments qui m'ont un peu gênée mais je confirme que Les chansons du Séraphin est une saga que j'aime beaucoup, et je n'attends qu'une chose : qu'Anne Rice nous pompe un troisième tome car je serais au rendez-vous et qu'avec un cliffhanger pareil, ce serait tout simplement cruel de nous laisser en haleine, comme ça !

Je ne dévoilerais pas le contenu du second tome, sous peine de spoiler, tout ce que je peux dire est que Toby, après les révélations du premier tome, est ici envoyé par Malchiah dans la Renaissance italienne où un jeune médecin juif est accusé d'avoir empoisonné une de ses proches connaissances, accusation renforcée par la population qui révèle que la maison de ce médecin est hantée, maison que ce médecin refuse d'ailleurs de quitter... L'épreuve de l'ange se situe peu de temps après L'heure de l'ange, où Toby va retrouver une personne de son passé après la révélation en fin de premier tome. Sans en dévoiler davantage, j'ai beaucoup aimé ces passages que j'ai trouvé très touchants et fort, où Toby a le droit à un peu de bonheur [spoiler] même si je trouve un peu exagéré qu'un gamin de 10 ans possède un téléphone portable dernier cri à son âge ou que sa mère lui fasse goûter en cachette son vin, malgré l'affection que je porte à Liona et le petit Toby Jr [/spoiler] Mais ces quelques moments de calme et d'émotions n'ont duré l'espace que de deux-trois chapitres, et dès le quatrième chapitre, Toby s'envole, littéralement, pour la Renaissance italienne, à Rome, ville éternelle, ville de Michel-ange et de l'Inquisition, dans laquelle s'affrontent les Médicis et des Papes avides de pouvoir. Toby doit donc venir en aide à Vitae, un jeune médecin juif dans la disgrâce, où il jouera un rôle plus propre à sa personne : en tant que joueur de luth ; son passé de tueur à gage l'aidera également dans sa recherche du véritable empoisonneur qui en veut à Vitae, et dans sa récolte d'information sur la famille proche de Vitae...


J'ai mieux retrouvé Anne Rice dans ce second tome : prise de conscience du narrateur après un drame, la plongée dans la Renaissance italienne, la place de la religion comme toujours. Si la plongée dans cette époque est moins spectaculaire que dans Vittorio le vampire, Le sang et l'or ou Armand le vampire, on sait tout de même dans quelle époque historique nous sommes, et Anne Rice ne manque jamais de mentionner l'art italienne à la Renaissance, et les Médicis. J'ai particulièrement aimé les descriptions sur les fêtes, les repas avec les nobles, des danseurs, de la musique, la nourriture de cette époque, les animations durant ces repas avec l'abus de nourriture, le vin coulant à flot... c'était enrichissant ; la Renaissance étant finalement une époque que je ne connais que trop peu mais que l'auteur sait bien maîtriser pour l'avoir déjà exploité dans d'autres romans, comme toujours, elle s'est bien documentée, quoique toujours pas assez à mon goût, cela ne m'avait pas autant émerveillé que dans ses autres romans...


Couverture VO.
Avis aux athées ou aux allergiques de la religion, la religion tient une place encore plus présente dans ce second tome ! Toby a regagné sa foi et s'en sert dans sa lutte contre deux êtres qu'on est peu enclins à rencontrer un jour : un fantôme perdu et un démon décidé à tenter celui qui a retrouvé la foi et est devenu le compagnon d'un ange... à le plonger dans le doute. Si Toby sait faire face à ces épreuves, il s'aperçoit que le chemin de la rédemption n'est pas aussi facile qu'il ne l'aurait cru au départ, et qu'il aura bien de la peine à se détacher de son sombre passé, pendant ce roman. Je m'attache de plus en plus à Toby qui est très humain dans ses doutes, ses sentiments, son incompréhension qu'il ressent parfois vis-à-vis des anges et de Malchiah même s'il sait ses bonnes intentions à son égard ; les personnages sont ici plus intéressants, plus émouvants. Pour reprendre sur l'aspect religieux, je l'ai trouvé plus présent ici, peut-être parce que Toby a définitivement tourné la page : il n'est plus Lucky le Renard, prie pour que personne ne découvre son ancienne identité, et s'est bel et bien tourné vers Dieu, à un point où Toby Lui "parle" souvent, Le prie souvent, Le loue... à un point où c'était parfois gênant, même pour moi qui suis pourtant croyante. Mais l'impact de la religion en Amérique n'est pas la même qu'en Europe mais Toby est encore en pleine rédemption, donc ses rapports à Dieu sont justifiés, il est toujours en train d'essayer de changer, pour le meilleur, de réapprendre à aimer.

J'ai cependant trouvé ce second tome plus palpitant que le premier, déjà la mission et l'époque durant laquelle elle se déroule m'ont plus intéressé, ainsi que la façon dont Anne Rice aborde ses personnages, surtout que Toby se révèle plus attachant et son histoire personnelle se révèle plus intéressante, on voit le début d'une évolution chez ce personnage, preuve que Toby change, évolue. Histoire plus attrayante donc, il n'y a aucune lenteur et les choses s'enchaînent assez rapidement... un peu trop même. Les réponses sont trouvées par Toby assez rapidement, c'est d'ailleurs l'un de mes regrets. Ici, j'ai l'impression qu'il s'est à peine passé une journée que Toby a déjà résolu l'affaire, j'aurais voulu avoir affaire à une véritable enquête, une sorte de policier historique ! Je ne sais pas si c'est parce qu'Anne Rice n'a jamais essayé le genre policier et qu'elle n'est pas vraiment douée dans ce genre, mais si l'affaire n'était pas inintéressante, tout s'est passé assez vite pour moi, et le coupable était évident. Mais bon, Anne Rice n'est pas une Agatha Christie ou une Conan Doyle, elle excelle plus dans les romans fantastiques avec ses sorcières, ses vampires ou ses anges.

Ajoutons à cela un roman encore plus court que le premier ! Mais la force du roman demeure, je pense, chez les personnages. J'ai déjà cité Toby, passons à Malchiah qui se fait plus présent dans ce tome, ce qui est très agréable. Calme, patient, souriant, sage, il rit souvent et se révèle être un soutien pour Toby, ainsi que Shemariah, l'ange gardien de Toby (car oui, mesdames et messieurs, les quatrièmes de couvertures françaises vous mentent ! Malchiah n'est pas l'ange gardien de Toby, c'est Shemariah qui l'est ; Malchiah est plutôt un Séraphin envoyé pour aider Toby). Shemariah a pourtant du potentiel ; certes plus réservé et calme et moins bavard que Malchiah, il est un protecteur silencieux et souvent inquiet pour son protégé, ce qui explique pourquoi il n'est pas toujours d'accord avec Malchiah sur ses projets concernant Toby : comprenons que s'il est ravi que Toby a abandonné son métier de tueur à gage, il n’apprécie pas toujours que Malchiah envoie Toby dans différentes époques, sans doute à cause des dangers que peut encourir Toby, surtout que dans ce tome, Toby fera face à un démon qui tentera, sous une fausse identité, de le détourner de son but, de questionner sa foi, de remettre en cause ses croyances. C'est un personnage intéressant et l'on imagine pas immédiatement qu'il est un démon, mais j'ai aimé son introduction et je me demande si on va le revoir par la suite.

Bref, j'ai beaucoup aimé voir davantage Malchiah, découvrir Shemariah (surtout que Toby lui pose plein de questions sur les anges, sur leur façon d'être, sur leur façon de voir les êtres humains, sur ce qu'ils savent et ne savent pas ; quelque fois, son ange reste énigmatique et mystérieux, parfois il répond, c'était une conversation très intéressante et je confirme que je partage à peu près la même façon de me représenter les anges qu'Anne Rice, au niveau du comportement et cie), et aussi qu'il y ait un démon. Dans ma logique, si on parle d'anges, on doit aussi parler de démons et ça va quelque peu chambouler Toby qui n'accordait que peu d'importance au Diable et à l'Enfer, autant dire qu'il n'y croyait pas du tout... Outre les anges et les démons, nous avons aussi un fantôme qui se ballade dans le roman, un esprit qui hante une maison car il n'a pas trouvé la paix dans la mort et ce sera à Toby de découvrir ce qui trouble cet esprit et il devra pour cela réveiller les secrets anciens d'une famille.

Sinon, encore une fois et comme pour le premier tome, ce tome se referme sur une révélation dont on ne connaîtra les conséquences qu'en lisant le troisième tome et j'espère qu'Anne Rice l'écrira/le publiera très bientôt car cette fin m'a frustrée et m'a donné envie de lire la suite (et aussi pour savoir dans quelle époque Malchiah va envoyer Toby), en attendant, je me pose des tonnes de questions !


Extrait :

Les formes avaient disparu. Les couleurs s'étaient séparées d'elles, et la lumière elle-même coulait comme une douce fumée.
Un couloir apparut et j'eus la nette impression de le traverser. Et au bout de ce long couloir se dressait la haute  silhouette de Malchiah.
Je vis ses cheveux noirs, l'ovale de son visage. Je vis  son costume noir et simple à la coupe étroite.
Je vis son regard affectueux, puis son lent et fluide sourire. Je le vis tendre les bras vers moi.

- Bien aimé, chuchota-t-il. J'ai à nouveau besoin de toi. J'aurais besoin de toi d'innombrables fois. J'aurais besoin de toi jusqu'à la fin des temps.

[...] Je voulais l'étreindre. Je voulais le supplier de me laisser rester encore un peu avec lui. Qu'il m'emmène à nouveau dans le royaume des lumières célestes.

1.
Ce billet est une participation aux :

1 commentaire:

  1. J'espère que tu seras exaucée et que le troisième tome sortira bientôt !! Bonne soirée :)

    RépondreSupprimer