jeudi 6 décembre 2012

Meurtres à Versailles - Anne-Laure Morata.



 
L'auteur :



Conseillère en ressources humaines dans la région parisienne, Anne-Laure Morata est une férue d'histoire et de littérature et est l'auteur d'une série de romans historiques sur le clan des Rohan Montauban avec  L'Héritier des pagans, Le Jeu de dupes et Meurtres à Versailles.










Quatrième de couverture :


Henriette-Anne, fille du roi Charles Ier décapité sur ordre des parlementaires, a fui l'Angleterre avec sa mère, au moment de la guerre civile. Réfugiée au Louvre, la petite exilée se lie d'amitié avec un mystérieux garçon, Providence, qui devient son confident secret avant de disparaître. Vingt ans plus tard, elle épouse Philippe d'Orléans, frère de Louis XIV, avec lequel elle est en conflit permanent. Par bravade, Henriette-Anne met un point d'honneur à briller à la Cour où elle s'impose face à la reine et aux favorites, enhardie par le retour de Providence dans son existence.

Mais bientôt un vent d'effroi souffle sur Versailles : des cadavres mutilés marqués d'un chiffre à l'épaule sont retrouvés dans les jardins. Le roi s'efforce d'étouffer l'affaire cependant les crimes continuent... La Reynie, lieutenant général de police, charge alors Malo de Rohan Montauban, son jeune commissaire, de confondre le coupable.

Entre complots politiques, mensonges et trahison, Malo devra, pour démasquer le meurtrier, affronter les fantômes du passé d'Henriette-Anne mais également les siens
.



Mon avis :
 

Meurtres à Versailles, c'est un livre que m'a offert Matilda il y a de ça plusieurs mois, à l'occasion de mon anniversaire, elle qui me sais passionnée d'Histoire. Il faut dire que la couverture est très jolie et le résumé alléchant. De plus, j'ai toujours voulu tenter le mélange de ces deux genres : le roman policier et le roman historique. Ce livre nous offre donc une série de vague de meurtres à la Cour même du Roi Soleil, dans un Versailles encore jeune.
J'ai eu un peu de mal à rentrer dans le livre, malgré un début intéressant et qui nous introduit l'un des personnages principaux du roman, mais je mettrais plus ma difficulté de bien me plonger dans le roman à cause de l'emploi du temps chargé et des nombreuses révisions que j'ai eu (et que j'ai encore), car après, je suis facilement rentrée dans l'histoire et y ait pris de l'intérêt. De plus, mon semestre était majoritairement consacré à l'époque de Louis XIV et au monarque lui-même, j'étais déjà bien plongée dans l'ambiance !
 
 
L'histoire débute avec la jeune Henriette-Anne, princesse d'Angleterre, qui s'est réfugiée en France avec sa mère, reine d'Angleterre déchue, à cause des guerres civiles et peu de temps après que les Parlementaires aient fait décapité leur Roi. Mais elles arrivent au mauvais moment en France car celle-ci est en pleine période de Fronde. La reine Anne d'Autriche, régente après la mort de son époux, n'a pas le temps de s'occuper d'elles qu'elle doit fuir les révoltés, mettre à l'abris le jeune Louis XIV et son frère, et tenter avec l'aide de Mazarin de réorganiser l'ordre dans le royaume de France.
Seule et abandonnée par une mère qui ne se préoccupe guère d'elle, bien occupée avec son amant, Henriette-Anne fait la rencontre d'un jeune garçon enigmatique avec qui elle se lit d'amitié et qui se fait appeller Providence.
 
 
Plusieurs années plus tard, Louis XIV monte sur le trône, fait construire Versailles et marie Henriette-Anne à son frère, Monsieur, le duc d'Orléans. Les relations sont loin d'être chaleureuses entre les deux époux, et ce n'est pas le chevalier de Lorraine, amant de Monsieur, qui arrange la relation entre le couple, et c'est plutôt Louis XIV qui est charmé par sa belle-soeur.
Et alors que Louis XIV inaugure son cher Versailles avec des fêtes somptueuse, une série de meurtre vient assombrir le magnifique château de Louis XIV et sa Cour : en effet, quelque chose se manigance à Versailles, un individu commet des meurtres jusqu'au sein même de Versailles et a la curieuse manie d'inscrire sur l'épaule de ses victimes un chiffre romain : I pour la première victime, IV pour la quatrième, XII pour la douzième... mais pourquoi, et quels sont ses motifs ? La Reynie, lieutenant de police du roi, charge son jeune commissaire, Malo de Rohan Montauban de cette affaire avant que toute la Cour ne découvre tout et s'affole...
 
 
Le roman s'étend sur plusieurs mois, voire même deux ans. Le Prologue se situe en 1649 puis après un bond dans le temps, l'histoire commençe à prendre place à partir de milieu 1668 et se termine en août 1670. Le roman ne se concentre pas non plus sur un seul personnage, au contraire, nous en suivons plusieurs ; des principaux personnages : Henriette-Anne, Malo de Rohan Montauban, des personnages secondaires récurrents et importants : Louis XIV, Colbert (l'un des principaux ministres du Roi), Monsieur, Madame de Montespan (maîtresse du roi), le chevalier de Lorraine (amant de Monsieur), les Rohan Montauban, les d'Arcourt, aux personnages moins importants mais faisant quand même une apparition tels que La Reynie, Madame de la Fayette (amie d'Henriette-Anne), Le Tellier (secrétaire d'état à la guerre), Jean-Baptiste Pocquelin que l'on connaît davantage sous le nom de Molière, Louise de la Vallière (ancienne maîtresse du roi), la reine Marie-Thérèse (épouse du roi)... vous l'avez compris : nous rencontrons une panoplie de personnages historiques célèbres. 
 
 
A moins de posséder un TARDIS ou un Retourneur de Temps (un cookie pour celui ou celle qui reconnaissent les références aux deux fandoms ;) ), on ne peut pas réellement savoir si l'auteur a bien retranscrit l'époque et ses protagonistes. Pour ma part, je suis plus familière avec l'histoire de la seconde épouse de Monsieur que la première donc je ne saurais dire si la Henriette-Anne du roman est retranscrit le plus fidèlement possible que celle qui a existé, mais l'auteur suit son histoire fidèlement : l'enfant seule, laissée par sa mère ; l'épouse malheureuse qu'elle a été car elle subissait la jalousie de son époux qui ne supportait pas de la voir dans les bonnes grâces du roi et n'aimait pas sa célèbrité auprès des gens de la Cour (il faut dire que le chevalier de Lorraine n'a rien arrangé, il ne portait pas Madame dans son coeur et faisait tout pour que Monsieur se méfie de sa femme), sa santé qui déclinait et qui a mené à sa mort... bien-sûr, le personnage de Providence n'est que fictif et n'existe que pour les besoins de l'intrigue. Sinon, pour le reste, nous avons un Louis XIV arrogant, fier de son Versailles, mais non sans coeur, qui tient sincèrement à sa belle-soeur.
 
 
Concernant les Rohan Montauban, il faut savoir que Malo fait parti de ce clan, il est le cousin de François de Rohan Montauban, personnage principal, apparemment, des ou d'un des tomes précédents mais Meurtres à Versailles prenant place 20 ans après les deux premiers tomes, il peut se lire indépendamment des autres même si, bien-sûr, on a loupé quelques épisodes de ce clan d'origine bretonne, on s'en rend quand même compte en lisant ce roman et si ce n'est pas un soucis majeur pour la compréhension du roman, on est piqué par la curiosité et on a envie d'en savoir plus. De connaître davantage François et sa femme Nolwenn, leurs enfants bien qu'on suit régulièrement leur fille Charlotte dans ce roman et qui a été un personnage touchant et intéressant à suivre. Elle en a vécu des choses dans ce roman, heureusement, elle a sa fin heureuse. Peut-être que je lirais dans un futur plus ou moins proche les deux premiers tomes, histoire d'en savoir davantage sur Malo car j'ai rencontré ici [spoiler] Lénora, la gitane avec qui il est marié et dont il découvre le fruit de leur union [/spoiler]
 
 
Concernant l'intrigue : loin d'être haletante, elle n'en est pas moins inintéressante car elle regorge de péripphétiesn : complots, meurtres, trahisons, amour, pouvoir, vengeances... ils savaient bien s'occuper à l'époque ! Et le fond historique est très intéressant, j'ai adoré cette plongée au XVIIe siècle, au temps du Roi Soleil, découvrir Versailles avec sa Cour, la Cour et ses cancans, ses complots, ses dames aux belles robes..., le style d'écriture est plaisant, on a aucune difficulté de compréhension, on suit l'histoire avec plaisir. On suit également une panoplie de personnages intéressants, touchants, parfois ignobles, teintés de gris. Bref, un bon roman qui invite à se renseigner davantage sur les personnages historiques présentés. Ce n'est pas un coup de coeur pour ma part, mais ce fut une lecture satisfaisante, je n'ai pas été déçue.
 
 
 
 

Portrait d'Henriette-Anne d'Angleterre, par Faes Pieter. Princesse d'Angleterre, et duchesse d'Orléans ou Madame, épouse de Monsieur, le frère de Louis XIV.


Extrait :


L'effervescence mondaine prenait possession des lieux et durant quelques jours, Versailles allait résonner des rires, bons mots, musique et divertissements variés de l'aristocratie, sous l'oeil du roi et de ses proches. Les dames rivalisaient de beauté dans leurs plus belles toilettes, même à la chasse où le gibier abondant en cette période faisait le bonheur des gentilshommes et du suzerain. Les cancans étaient bien évidemment toujours de mise, perpétuels bruissements dans le sillage de Louis XIV.


7. Versailles, fin décembre 1669.



Ce billet est une participation au :
 
 
 

3 commentaires:

  1. coucou bonsoir Marion
    un poètique coucou en passant par ici ce w end.
    bises et A+ du troubadour Emmanuel

    RépondreSupprimer
  2. Je suis contente qu'il t'ait plu :) Pour ma part j'ai rencontré l'auteure l'année passé et j'ai acheté le premier tome de cette série d'enquêtes historiques, L'héritier des pagans, alors j'espère qu'il me plaira !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour sûr que ça m'a plu ! Tu connais bien mes goûts :) je serais tentée de lire les autres tomes maintenant, comme L'héritier des pagans, tu me diras ton avis lorsque tu l'auras lu (sauf si je le lis avant sur ton blog :p)

      Supprimer