jeudi 18 avril 2013

Barbe bleue - Amélie Nothomb.



Du même auteur :




Emprunt médiathèque.







Quatrième de couverture :

"La colocataire est la femme idéale." - Amélie Nothomb.


Mon avis :


Parmi les derniers Amélie Nothomb, aucun ne me tentait, c'est pourquoi lorsque j'emprunte un de ses ouvrages à la médiathèque, je choisi en général ceux moins récents, cependant, son dernier sorti en 2012 me faisait envie, ne serait-ce qu'à cause du titre et le fait que ce roman s'annonçait comme une réécriture du conte du même nom. Une réécriture de Barbe Bleue à la sauce Nothomb, je demandais à voir et voir, j'ai fait !

Dans ce nouveau roman, nous suivons Saturnine, jeune femme belge, la petite vingtaine, à la recherche d'un logement, voire même d'une colocation. Elle tombe rapidement sur une annonce bien alléchante : dans une magnifique demeure à Paris, une chambre de 40 m² avec salle de bain, accès à une cuisine équipée, disponible pour une colocation et le tout pour 500 euros de loyer avec chauffeur et domestique à son service ! C'est l'offre inespérée pour Saturnine qui a déjà visité beaucoup de logements, de lieux infects de 25 m² sans salle d'eau et à 1000 euros le mois. Il n'y a rien d'étonnant à découvrir qu'elle n'est pas la seule candidate. Contre toute attente, elle est retenue et obtient sa chambre le jour même. Cependant, certaines candidates mettent au courant Saturnine de la triste réputation du propriétaire des lieux, un espagnol aisé et reclus du monde du nom d'Elemirio Nibal y Milcar, qui aurait déjà eu huit colocataires, toutes des femmes, et qui ont toutes disparu au cour de ces dernières années. Pour tout le monde, il est clair qu'Elemirio les as tuées et que Saturnine sera sa prochaine victime si elle ne fait pas attention.Contre toute attente, Saturnine se moque de la réputation du propriétaire et entend habiter ce logement. Refusant de croire à ces rumeurs, elle refuse de laisser passer une pareille aubaine !

Un Amélie Nothomb, comme toujours, avec de nombreux débats et conversations entre les personnages principaux, des répliques tranchantes, amusantes parfois, déconcertantes et originales. L'auteur nous montre une nouvelle fois qu'elle sait maîtriser l'art du dialogue et je me suis délectée de certaines répliques ou certaines conversations, surtout lorsqu'elles étaient sur les thèmes de l'art ("le rôle de l'art est de compléter la nature et le rôle de la nature est d'imiter l'art", p. 129), du beau, de la foi, des relations humaines, ce qui peut permettre au lecteur de réfléchir sur les relations humaines, sur la perception de l'art et même la mort (même si j'avoue, comme d'autres lecteurs, si les conversations sur l'or ou le champagne étaient intéressantes, je ne me suis pas enflammée, ça donne au texte un aspect presque aristocratique auquel on ne peut pas s'identifier) ! L'auteur nous parle aussi du secret, la nature de l'homme à avoir des secrets, le besoin d'en avoir et de les préserver, les conserver, parce que trahir, découvrir ce secret si précieux est un acte impardonnable.

Les mots sont plus que les mots, ce sont des armes, ils sont plein de passion, de conviction. C'est un combat entre les deux personnages principaux et on se demande qui aura le dernier mot, et c'est dans ces conversations que les personnages sont à leur sommet, ils sont forts, terribles. Les mots sont une arme, ils marquent l'esprit, ils sont à la base de l'échange, de la réflexion, et ils font ici avancer le récit vers un rebondissement, nous permettent d'en savoir plus sur l'étrange et mystérieux don Elemirio, ils changent un peu les rapports entre Elemirio et Saturnine, leur relation évolue dans un sens qu'on ne parvient toujours pas à bien saisir et au final, on se demande jusqu'à quel point elle va évoluer, à quelle base, comment va se finir leur relation en même temps que le roman ? 

C'est une étrange relation basée sur des échanges verbaux, des repas, des combats d'idées et des oppositions. Malgré ses oppositions au personnage, Saturnine se laisse entraîner par l'enchaînement de pensées et de paroles de l'Espagnol alors qu'elle tente de comprendre pourquoi et comment il en est arrivé là, ses motivations, le devenir des anciennes colocataires... bref, elle tente de décortiquer sa psychologie, ce que j'ai trouvé intéressant et comme les révélations n'arrivent que tardivement dans le texte, on a nous-aussi tout le loisir de peaufiner quelques théories, quelques hypothèses...

J'ai été étonnée mais amusée de trouver quelques belgicisme (petit clin d’œil de l'auteur qui est belge, comme son héroïne ?), cependant, tous ces beaux discours ne peuvent pas forcément plaire et peuvent représenter un bémol car certaines discussions théologiques sont interminables et, selon le thème de la discussion, ça ne peut toujours plaire. J'imagine également que le snobisme des personnages peut agacer : ils boivent du champagne, dégustent homard, caviar, porte des vêtements en velours et avec des couleurs attrayantes, Saturnine découvre tout cela... et y prend goût ! Cela peut se comprendre... J'ai aimé l'héroïne. Saturnine est une jeune femme téméraire, loin d'être facilement effrayée et paranoïaque et ce, peu importe ce qu'on peut lui dire sur la funeste réputation de "son" Espagnol et peu importe ce que peut dire Don Elemirio. Il est difficile de l'impressionner. Plus que tout, j'ai aimé les réparties de Saturnine et de Don Elemirio, le fait que leurs raisonnements reposent parfois sur une logique juste mais dont la morale est absente. Don Elemirio n'est pas en reste, homme riche et reclus du monde, qui a vu passer en huit ans huit colocataires, toutes des femmes dont il a été l'amant et qui ont disparu après avoir violé l'interdit. Un aristocrate espagnol qui, malgré tout, attire, manifeste de l'intérêt auprès des femmes, un intérêt morbide ou avide peut-être... toujours est-il que ce personnage mystérieux attise la curiosité du lecteur qui a envie d'en savoir plus sur cet étrange personnage.

Le roman est également centré sur le mystère de la chambre noire. Qu'est-ce donc ? Eh bien, notre Espagnol est un photographe à ses heures perdues, et il a notamment pris en photo ses anciennes colocataires. Ces photos sont entreposées dans la chambre noire et il est interdit à Saturnine d'y pénétrer. "Si vous y pénétriez, je le saurais, et il vous en cuirait" avait dit don Elemirio, qui finira par ajouter que les anciennes colocataires ont bravé cet interdit, et qu'elles ont disparu juste après. Ainsi, tout au long du roman, on a évidemment ces fameuses interrogations auxquelles on échappe pas : qu'y-a-t-il exactement dans la chambre noire et Saturnine va-t-elle y pénétrer ? Pour ma part, je trouve que le mystère a bien été entretenu et que je n'ai pas été déçue de ce que j'ai découvert dans ma lecture, même si je ne suis pas tombée sur ce que je m'imaginais.

Bref, loufoque, absurde, morbide, pervers, décalé, original, intéressant. Les mots ne manquent pas pour qualifier le dernier Nothomb, j'ai pris plaisir à le découvrir, à suivre Saturnine, ses discussions avec l'Espagnol, baigner dans ce climat d'étrangeté. J'ai aimé ce Barbe Bleue revisité dans nos temps modernes et dont la morale (ou même les événements) de l'histoire n'est pas forcément celle qu'on attend. L'auteur parvient à nous surprendre avec ses idées et la chute de l'histoire, bien qu'inattendue, était bien trouvée. Le texte est fluide et se lit vite et bien. Enfin voilà, loin d'être enthousiaste sur ce roman, j'ai tout de même passé un excellent moment de lecture.


Extrait :


Tomber amoureux est le phénomène le plus mystérieux de l'univers. Ceux qui aiment au premier regard vivent la version la moins inexplicable du miracle : s'ils n'aimaient pas auparavant, c'était parce qu'ils ignoraient la présence de l'autre.

Le coup de foudre à retardement est le plus gigantesque défi à la raison. Don Elemirio s'éprit de Saturnine quand il la découvrit sensible à l'alliage du jaune et de l'or. On peut comprendre l'irritation de la jeune femme : l'aimer pour cela ? Pour le coup, l'Espagnol n'y était pour rien. Les causalités amoureuses sont byzantines.

5 commentaires:

  1. Je ne suis habituellement pas fan d'Amélie Nothomb, mais là tu as éveillé ma curiosité. A tel point qu'après avoir lu ton billet, j'ai envie de donner une chance à ce roman. Je verrais si je le trouve à la bibli dès que je suis de retour à Marseille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas son roman le plus célèbre ou le plus apprécié mais comme je n'entends pas toujours de bonnes critiques sur ses derniers romans à part celui-là, j'ai tenté, et ce remake façon moderne de Barbe Bleue est plutôt intéressant à découvrir, tu me diras ce que tu en penses si jamais tu te le procures. Tu as déjà lu des romans d'Amélie Nothomb alors, même si tu n'es pas vraiment une fan ?

      Supprimer
  2. J'ai lu Acide sulfurique que j'ai profondément détesté, Biographie de la faim que j'ai trouvé sans intérêt et enfin Les combustibles (qui n'est pas un roman) que j'ai adoré pour le coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'as pas aimé Acide sulfurique ? Pour quelles raisons ? Ce n'est pas un reproche hein, c'est juste parce que je suis curieuse, j'avais plutôt aimé dans l'ensemble et je voudrais savoir ce qui ne t'as pas plu. Enfin, j'imagine qu'elle a un style bien à elle qui ne peut pas plaire à tout le monde. J'ai commencé à la lire avec les romans qui avaient le plus de critiques positives, soit Mercure, Hygiène de l'assassin et Cosmétique de l'ennemi, par contre j'évite un peu ses derniers romans et les livres où elle parle de sa vie...

      Supprimer
  3. Pour Acide sulfurique, j'ai trouvé les personnages absolument insupportables et puis je me souviens avoir été très gênée par la tournure syntaxique des phrases. Je butais sans cesse sur le texte :/ Bref, vraiment pas une bonne expérience.

    RépondreSupprimer