jeudi 25 juillet 2013

Black Butler - Yana Toboso.



L'auteur :

Yana Toboso, née le 24 janvier 1984, est une jeune mangaka japonaise, auteur de nombreux mangas mais c'est avec Black Butler (Kuroshitsuji en VO) qu'elle connait le succès.


Emprunt bibliothèque.








Quatrième de couverture :

Sebastian est majordome au service de Ciel Phantomhive, héritier d'une grande famille de la noblesse anglaise. En matière d'érudition, d'éducation, d'art culinaire, rien à redire, il est parfait. Mais ne vous fiez pas à sa distinction, si vous vous en prenez à son jeune maître, vous découvrirez sa vraie nature... Ciel aurait-il signé un pacte avec le Diable... ?!

Mon avis :

Parce qu'il était enfin temps que je fasse un article digne de ce nom pour ce fabuleux manga qui est classé première place dans mes coups de cœur en manga depuis trois bonnes années maintenant ! Black Butler est en effet devenu mon grand amour dans ce domaine et c'est grâce à DeviantART que j'en ai entendu parler pour la première fois, jusqu'alors je n'étais pas d'humeur à lire quoique ce soit, sauf ce manga.

Mais Black Butler, qu'est-ce que ça raconte ? Le butler de cette histoire, c'est Sebastian Michaelis, la crème de la crème des majordomes d'Angleterre et les quatre autres domestiques de la famille Phantomhive font bien pâle figure à côté de lui, bien au contraire, leur maladresse et les petits soucis qu'ils causent souvent sans le vouloir ne font que démontrer la brillante efficacité de Sebastian. Oui, ce majordome est parfait... trop parfait même. Le vernis lisse de sa perfection lui sert à cacher sa véritable nature car c'est certain, Sebastian n'a rien d'humain, et n'est pas celui qu'il prétend être... et attention, parce que là, je vais spoiler : cette histoire est en fait celle de Ciel Phantomhive, qui est l'unique héritier d'une grande famille de la noblesse de l'Angleterre de l'ère victorienne.

Wallpaper - Ciel et Sebastian.


C'est un jeune garçon de treize ans assez beau, très intelligent et mature pour son âge qui doit s'occuper de l'immense entreprise familiale qui commercialise friandises et jouets pour enfants, et qui a repris le titre de Chien de Garde de la Reine, c'est-à-dire qu'il doit, comme ses ancêtres avant lui, veiller au bien-être de la nation en éradiquant le crime, ce titre lui valant de le placer parfois dans des situations délicates et dangereuses. Et c'est à seulement treize ans que le jeune Ciel vit seul, avec ses domestiques, dans le grand manoir familial : May Linn, la bonne assez maladroite ; Finny, le jeune jardinier toujours enthousiaste ; Bard, le cuisinier qui a plus tendance à faire exploser la cuisine en voulant préparer de bons petits plats ; Tanaka, le vieux majordome qui avait déjà servi les défunts parents de Ciel ; et enfin, Sebastian Michaelis, le majordome qui suit très souvent son maître, le maître d'hôtel parfait, irréprochable et mystérieux... le garde du corps sinistre qui peut se révéler, si on s'en prend à son jeune maître, un individu fort inquiétant...

Ce que j'ai tout d'abord aimé dans ce manga, c'est les graphismes. C'est un style propre, net, très beau, raffiné et réaliste, on est donc loin du style ultra-shojo avec les étoiles plein les yeux façon Riyoko Ikeda. Yana Toboso va parfois dans le détail, il suffit de voir la façon très réaliste des plis des vêtements ou dans le décors quasi gothique des lieux du mangas. Oui, le graphisme est vraiment bien réussi, et cela faisait longtemps que je n'avais plus vu de manga aussi beau, esthétiquement parlant. Et les couvertures sont très jolies. Pour parler de l'histoire, on n'en apprend pas beaucoup au premier tome : l'histoire se met lentement en place, les personnages sont introduits et on découvre tout d'abord les multiples talents de majordome de Sebastian qui paraît bien niais et tout gentil au début, pour finalement découvrir peu à peu qu'il est peut-être trop extraordinaire et parfait pour être un humain, qu'il cache quelque chose qui pourrait s'avérer sombre, inquiétant, surtout vers la fin du volume. Bon, évidemment, je savais déjà qui était vraiment Sebastian avant de lire le manga, donc ce n'était pas une surprise pour moi, mais je ne savais pas encore quel genre de lien le liait à Ciel Phantomhive (j'ai eu du mal à me faire à ce prénom : Ciel. Drôle d'idée pour donner ça comme nom à un personnage et à un garçon en plus, d'autant plus que ce n'est pas un nom et que ce n'est même pas un mot anglais ! Mais peut-être qu'ils aiment ça, au Japon, ajouter des prénoms/mots européens ? Après tout, dans le manga Pandora Hearts, le personnage principal s’appelle bien Oz), ce jeune garçon de 12/13 ans pourtant si mature, froid et calme pour son âge (ce qui est normal, considérant son vécu).


Undertaker - Couverture.
Outre les personnages appartenant à la maison Phantomhive, nous avons Undertaker, qui est un personnage sinistre et très... particulier, qui s'occupe des pompes funèbres, sachant certaines choses qu'il révélera à une condition : qu'on le fasse rire (d'ailleurs, j'adore comment ils ont représenté son rire et sa voix dans l'anime) mais il peut se révéler dangereux, je le pense ; ensuite Madame Red, tante de Ciel, plutôt sympathique, un brin commère et envahissante, mais elle s'inquiète pour son neveu, ça se voit. Ensuite, Elizabeth de Midford, cousine et fiancée de Ciel, qui nous apparaît d'abord comme puérile, très enthousiasme, aime tout ce qui est mignon, mais - on le verra au fur et à mesure qu'on avance dans le manga - a plus de profondeur que ça : c'est un personnage fort, capable et qui tient énormément à Ciel et ferait tout pour lui ; vient ensuite sa famille : son père qui est du même caractère que la fille ("Ciiiiiel <3 Come here my cute future son-in-law ! Come and give me a hug !!"), la mère, noble, sévère, sérieuse et redoutable, et le frère d'Elizabeth - ou Lizzie - du même caractère.


Il y a aussi toute une panoplie d'autres personnages : Grell, un shinigami ou un agent de la mort qui récolte les âmes avec des collègues dont nous feront la connaissance tout au long du manga, mais lui prête plus à rire qu'à pleurer, un vrai comique qui se prend pour une femme et qui s'est entiché de "Sebby" et souhaite soit son amour, soit sa mort (mais il me fait délirer, je l'adore !), le prince indien Soma et son serviteur Aghni qui possède une force phénoménale ; Lau, un directeur d'une maison de commerce chinoise et qui travaille aussi dans un trafic d'opium, qui a toujours un commentaire à placer et qui sert d'informateur à Ciel, au même titre qu'Undertaker, mais qui n'hésitera pas à aller le taquiner ; le vicomte de Druitt, jeune homme distingué, charmeur et obsédé par la beauté de chaque chose et en particulier celle du charme féminin, je ne parlerai pas de Sebastian, par peur de trop spoiler :) bien-sûr, il y a encore d'autres personnages dont je parlerai bien si je n'avais pas envie d'écrire un roman ! 

Ciel n'est bien-sûr pas en reste : mature et sérieux pour son âge, il parvient à maîtriser d'une main de fer l'entreprise de sa famille et son rôle de Chien de Garde de la Reine qui le mène parfois dans des situations dangereuses. Parfois froid et ignoble, Ciel reste néanmoins attachant et fait parfois ressortir un côté enfant, surtout lorsqu'il s'agit de déguster des pâtisseries ! Il est noble, fier et parfois certains personnages, Sebastian le premier, aiment le tester pour voir jusqu'où iront ses limites, le taquinent pour briser son visage calme, de marbre. Mais Ciel a beau être un sale gosse, il a un vécu qui le rend attachant et qui explique son tempérament, et parfois il laisse entrevoir l'aspect humain de sa personne. N'empêche que Ciel est un vrai aimant à ennui et qu'il se passe toujours quelque chose avec lui, peut-être est-ce là une des raisons qui fait toujours revenir Lau vers le jeune comte. Les drames et les (més)aventures qui se déroulent autour de Ciel, Lau doit aimer ça, c'est son soap à lui ! Il faut dire qu'avec lui, nous sommes entraînés dans des affaires intéressantes et parfois bien sombres et tordues : invasions surnaturelles au bord d'un splendide paquebot, meurtre dans un huis-clos, enquête autour de disparitions d'enfants dans un cirque bien étrange, une vraie chasse à l'homme sur les traces de Jack l’Éventreur, enquête dans une école pour garçons... on ne s'ennuie pas !

Chaque tome reste dans la lignée des autres tomes, je regrette simplement qu'on avance pas plus dans l'intrigue principale (à savoir, qui sont les meurtriers des parents de Ciel, pourquoi les avoir tué et avoir kidnappé Ciel ; à croire que Ciel n'enquête pas sur cette affaire pourtant primordiale et personnelle, et qu'avec Sebastian, il attend que les indices ou coupables lui tombent dessus !), mais ravie que les affaires/aventures présentées par Yana Toboso soient toujours autant intéressantes et prenantes, le tout avec des personnages changeant, des personnages principaux qui s'affirment en plus d'un graphisme toujours aussi superbe nous présentant une Angleterre victorienne mais avec quelques... éléments contemporains (comme les armes des Shinigamis par exemple) ! Bref, bref, bref, je vais arrêter là cette chronique pas très objective et je terminerai sur ce point : c'est un manga intéressant, sombre, parfois ça va dans l'étrange et le tordu, il y a du surnaturel, des moments sombres et dramatiques tout comme il y a des moments drôles ; l'intrigue, et les enquêtes, sont intéressantes même si l'intrigue met du temps à se développer, nous avons une panoplie de personnages intéressants et le graphisme est très réussi ; bref, j'aime ce manga et j'espère que l'auteur va continuer à faire rêver et à surprendre ses fans !

Ciel et Sebastian - Image tirée de l'anime.


4 commentaires:

  1. Je ne l'ai toujours pas lu depuis le temps qu'il est dans ma wish ! En tout cas, j'adore les graphismes ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est l'un des points forts du manga et ça s'améliore même en avançant dans la série :) en tout cas, j'espère que le manga te plaira quand tu le découvriras !

      Supprimer
  2. Je ne sais plus trop où je me suis arrêtée dans ce manga, peut-être au premier tome où intervient Conan Doyle (malgré le fait qu'il me semble que j'avais commencé de lire la suite de l'enquête dans le manoir un jour), mais si j'avais assez apprécié le début, j'ai trouvé que ça tournait un peu en rond, même remarque que toi sur l'enquête de la mort des parents. Je le reprendrais peut-être si ma bibli. les a histoire de ne pas laisser l'histoire en plan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce qui me fait un peu peur, j'aime beaucoup ce manga et ce serait dommage que ça tourne en rond et que, comme dans Détective Conan, on a quelques maigres indices sur le véritable objectif de Ciel, enfouis sous les nombreuses missions qu'il reçoit. Je n'espère pas, au moins le point positif est que les enquêtes de Ciel restent intéressantes, quoique parfois surprenantes (tu verras l'enquête après celle où apparaît Conan Doyle si tu reprends le manga un jour)

      Supprimer