lundi 21 juin 2010

La rose de Versailles - Riyoko Ikeda.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/LaRosedeVersailles.jpg




Article connexe :





Lecture en ligne des premiers chapitres (en anglais) ici.






Quatrième de couverture : 
 
Au printemps 1770, l’archiduchesse Marie-Antoinette, fille de l’impératrice d’Autriche Marie-Thérèse de la famille des Habsbourg se marie à 14 ans en France avec un Bourbon. Protégée par le capitaine de la garde royale, Oscar François de Jarjayes, qui n’est autre que la fille cadette d’une respectable famille de soldats, Marie-Antoinette se rend un jour à un bal masqué à l’opéra. Elle y rencontre un gentilhomme suédois, Axel de Fersen et en tombe amoureuse. Ils ont tous les trois 18 ans et viennent de faire la rencontre qui va, à jamais, bouleverser le cours de leurs existences.

Mon avis :
 
J'avais découvert Riyoko Ikeda il y a un an, avec son manga Très cher frère, enfin sorti en France. Un manga pour lequel j'avais eu un gros coup de coeur. J'avais souvent entendu parler d'un autre manga de l'auteur tout aussi bien et bien plus célèbre : La Rose de Versailles, alias Lady Oscar. J'ai pu lire quelques chapitres et visionner quelques épisodes de l'anime, même si je sais en gros l'histoire, mais j'espère toujours me procurer ce manga rare et plutôt cher.

Tout commençe avec le général de Jarjayes qui ne vit que dans l'espoir de que voir naître au sein de sa famille un héritier mâle, pour que celui-ci puisse endosser le rôle que portait chaque homme de la famille : faire parti de la garde royale et la commander. Malheureusement, c'est six filles qui peuplent sa famille. Desespéré, il décide de former sa plus jeune fille comme un garçon en l'initiant aux arts de l'escrime, de l'équitation, en l'habillant comme un homme, pour le plus grand désespoir de la nourrice. Oscar est né(e). Et lorsqu'il est décidé, pour sceller l'union nouvelle de la France et de l'Autriche en mariant l'archiduchesse Marie-Antoinette au dauphin de France, Louis Auguste, d'amener la jeune future dauphine de France dans le royaume des Bourbon, Oscar est assignée pour faire partie de la garde royale. C'est une jeune fille insouciante et pleine de vie qui entre dans le château de Versailles, découvrant la vie de la cours, négligeant ses devoirs de future reine de France. Elle est adulée pourtant, et ne manque pas de charmer la cours et le peuple. Mais elle finit par manquer à ses devoirs, préférant s'amuser, fréquenter des bals. Et, peu à peu, l'ombre de la Révolution commençe à grandir et à grandir, à s'étendre lentement mais sûrement sur le Royaume de France...

Pour le gros que j'ai lu de ce manga, j'ai été emportée par cet univers. J'ai pourtant eu bien du mal à y entrer et je me demandais que diable les autres pouvaient trouver de formidable dans ce manga. Après un petit hiatus dans ma lecture, je l'ai reprise... et engloutis tout le reste. Le style de dessin de l'auteur, quoiqu'un peu vieillot (le style que l'on retrouve dans les mangas des années 70/80), me charme et ne me pose pas de problème, je retrouve même dans les personnages des caractéristiques et ressemblances d'autres personnages du manga Très cher frère. Pour l'histoire... elle se situe bien évidemment au XVIIIe siècle, une des périodes que j'affectionne (en même temps, quelle période de l'Histoire ne me passionne pas, me demandez-vous xD), les décors sont jolis mais pas trop recherchés, on se centre plus sur les personnages. D'abord Marie-Antoinette (sa venue en France, son arrivée à Versailles, son nouvel environnement à la cours, son mari, la maîtresse du roi Louis XV : Madame du Barry et les conflits qu'elle a avec elle, sa rencontre avec le comte Fersen...) puis on se centre sur Oscar, justement, c'est elle qui m'intéresse. Une fille élevée en garçon, une femme dans la garde royale et que ses compétances lui permettent de se prétendre capitaine de la garde royale, chargée de veiller sur Marie-Antoinette. Adulée, admirée par tous. Elle se différencie des autres personnages dans le sens où elle n'est n'y corrompue par les gens de la cours, elle ne désire pas cette vie de rêve qui cache quelque chose de pourri à l'interieur (petit parallèle au Cercle de la Fraternité dans le manga Très cher frère), elle n'est pas influençé par les nobles et cie (comme Marie-Antoinette), elle se montre dure, comme un homme, mais on voit qu'elle est profondément sensible au sort du peuple de France qui vit dans la misère alors que le pays est le plus puissant d'Europe, c'est quelqu'un de concerné, elle a une bonne âme dans le fond, ce n'est pas pour rien que son serviteur et ami d'enfance, André, l'admire et l'aime de loin. On ne peut que s'attacher à elle.

Bon, je me doute que historiquement parlant, tout n'est pas correct (rien que pour La Du Barry, heureusement qu'ils notent le vrai du faux en fin de page). On nage entre réalité et fiction, certaines réactions de Marie-Antoinette, du comte Mercy, de l'impératrice d'Autriche ou de Louis XVI sont un peu exagéré, mais j'imagine que l'auteur voulait mettre quelques élèments comiques dans cet univers froid et impitoyable qu'est la cours à Versailles, un univers dont certains personnages iraient jusqu'au meurtre pour en faire parti, dans un univers qui sera bientôt déchiré par la Révolution. C'est une époque violente, tout en couleur. J'ai vu l'évolution en bien ou en mal de certains personnages, voir leur destin virer au tragique, surtout quand on connaît les destins de personnages historiques comme Louis XVI, Marie-Antoinette, le comte Axel de Fersen...

En bref, un très beau manga, tragique, sensible, fascinant, émouvant, avec des personnages complexes mais attachants, et une aventure qui se déroule au coeur de l'Histoire, à la période la plus tragique de France. C'est réaliste, original, humain. Du sang et des larmes. Maintenant, j'aimerais beaucoup trouver la préquelle : Versailles no Bara, et la suite : La Gloire de Napoléon, mais j'ai moins d'espoir. Les mangas de Riyoko Ikeda ont la fâcheuse manie de se faire rares ou difficiles d'accès.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire