dimanche 14 décembre 2008

Le chien des Baskerville - sir Arthur Conan Doyle.



Du même auteur :







Pour aller plus loin...

- Lecture en ligne.
- Pour en savoir plus sur l'auteur.
- Site de la SSHF : Société Sherlock Holmes de France.


L'auteur :


http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/doyle.jpg
Sir Arthur Conan Doyle (22 mai 1859 - 07 juillet 1930), dont le nom est souvent abrégé en Conan Doyle, est un écrivain écossais dont la renommée internationale s'est faite grâce à Sherlock Holmes, son détective de fiction qu'il a plusieurs fois mis en scène dans quatre romans principaux et dans de nombreuses nouvelles, considérés aujourd'hui comme une innovation majeure du roman policier. Ami de sir James Matthew Barrie (auteur de Peter Pan), il a également écrit dans le domaine de la science-fiction, du théâtre, de la poésie et des romans historiques et autres œuvres que le temps n'a pas retenu ; c'est en effet Sherlock Holmes, dont les récits n'étaient qu'un simple divertissement pour Doyle, qui fut retenu et acquis la célébrité.


Quatrième de couverture :


Les circonstances dramatiques de la mort de Sir Charles ont réveillé le souvenir de la malediction qui pèse sur la famille des Baskerville : en effet, dès que l'heure de la mort a sonné pour l'un d'eux, un démon lui apparaît sous la forme d'un chien monstrueux. Sherlock Holmes, mis au courant de l'affaire, envoie son fidèle compagnon, le docteur Watson, veiller sur Sir Henry Baskerville, dernier héritier de la famille, tandis que lui-même, décidé à faire la lumière sur cette énigme, mène son enquête à l'insu de tous...


Mon avis :

Laissez-mois vous parler de l'un de mes grands amours dans le domaine de la fiction... Sherlock Holmes ! Et pourtant, je ne l'ai découvert que tardivement, l'an passé. Avant cela, je ne le connaissais que brièvement, sans jamais le lire. Puis, il y a quelques années, une mouche m'a piqué : j'ai vu une version filmesque du Chien des Baskerville, aventure célèbre du détective anglais, et il m'avait fichu les chocottes. C'était une diffusion de nuit, donc ça n'a rien arrangé ma peur et pourtant, j'étais suffisamment saisie par ce film que je me suis procuré le livre ; livre que j'ai lu... l'an passé, j'avais envie de lire du policier et je n'avais que ce livre à me mettre sous la dent. C'est donc mon premier livre sur Sherlock Holmes (mais je vais remédier à ça ^__^) et mon premier policier tout court, mais je suis tombée sous le charme ! Ce fut une belle découverte et je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin.


Quelque part dans les landes, un certain sir Charles Baskerville trouve la mort de façon assez brutale, durant sa promenade nocturne autour de son domaine, qui serait causée par un chien monstrueux qui serait tout droit sorti des enfers. Ce décès soudain rappelle douloureusement à la famille Baskerville le poids de la malédiction qui hante chacun de ses membres depuis des générations : il est dit que dès qu'un Baskerville est aux portes de la mort, un chien-démon lui apparaîtra sous une forme si monstrueuse et si terrifiante qu'elle cause la mort chez sa victime. Il n'y a plus qu'un seul héritier de la famille, à présent : sir Henry Baskerville, revenu d'Amérique pour s'installer dans l'ancienne demeure familiale de son oncle Charles et y refaire sa vie. Le médecin de feu Charles Baskerville, le docteur Mortimer, juge utile de mettre au courant le célèbre détective londonien Sherlock Holmes de cette étrange affaire, et c'est avec son ami et associé, le docteur Watson, que Holmes tentera de mettre de la lumière sur cette sombre enquête qui hante une famille depuis des générations...


Je me suis plongée dans ce roman pour ne plus en ressortir ! pour une première tentative de Sherlock Holmes, c'est réussi, j'ai beaucoup aimé cette première introduction, ce voyage dans les aventures du plus célèbre des détectives. Cette histoire m'a beaucoup fait penser à l'histoire de la bête du Gévaudan, une histoire qui me passionne beaucoup. J'ai été séduite par son ambiance sombre, presque gothique, fantastique dans les landes sombres et sauvages qui nous dépaysent bien du Londres de l'ère victorienne, oui, j'ai beaucoup aimé l'atmosphère qui se dégageait du roman. 
Et le fait que ce ne soit pas le premier livre sur Sherlock Holmes ne gêne pas pour mieux connaître les personnages, ils sont bien introduits et on sait qui est qui, ce n'est pas bien compliqué ; concernant les personnages, je suis complètement sous le charme du docteur Watson qui est devenu, je crois, mon personnage préféré. Je trouve qu'il est la touche sensible, humaine et chaleureuse de cette aventure face au génie froid et logique de Holmes. Watson est profondément humain, sensible, très attaché à Holmes qui est plus qu'un associé et locataire, mais aussi un ami. On découvre l'histoire à travers son point de vue, parfois naïf, son jugement, ses sentiments, son regard, son éternelle affection et admiration pour Holmes. J'ai également beaucoup aimé le personnage de l'inspecteur Lestrade, et de Sir Henry, et Sherlock Holmes, bien-sûr, quel cerveau, quel génie !


L'intrigue est bien construite, il n'y a pas beaucoup de longues descriptions, pas de lenteur ou de style lourd, ça se lit bien, l'écriture de Doyle est plaisante, vivante, elle nous offre le point de vue de Watson qui est loin d'être l'imbécile, le bon gros toutou idiot décrit par certains films. Ici, Watson est plus présent que Holmes, il est aux premières lignes de l'enquête, il découvre en premier le décors des landes avec sir Henry et mène l'enquête pour aider Holmes qui reste d'abord à Londres dans un premier temps. Policier ou pas, ça reste très accessible, on comprend très bien les raisonnements, les trains de pensées, il n'y a pas de vocabulaire complexe.


Je ne suis pas déçue de ce livre qui est l'un des romans les plus connus et appréciés dans les aventures du détective anglais. On a du suspense, et même, je dirais, un peu de fantastique. Face aux raisonnements de Holmes qui ne croit pas à ce genre de chose, c'est donc passionnant à découvrir ce qu'il va faire. L'histoire et le mystère sur la malédiction et le chien des Baskerville m'ont intrigué. Parfois, j'ai trouvé certains passages effrayants et j'ai partagé la peur des personnages. Bon, peut-être qu'à certains passages, j'ai trouvé le récit long et ennuyeux par de trop grandes descriptions, mais sans plus. J'ai adoré et serais plus que ravie de retenter du Sherlock Holmes !


Extrait :


- Dites, Watson, que dirait Holmes ? Nous en sommes à cette heure d'obscurité où s'exaltent les Puissances du Mal...
Comme pour répondre à sa phrase, de la sinistre nuit de la lande s'éleva soudain ce cri étrange que j'avais entendu aux abords du grand bourbier de Grimpen. Le vent le porta à travers le silence nocturne : ce fut d'abord un murmure long, grave ; puis un hurlement qui prit de l'ampleur avant de retomber dans le gémissement maussade où il s'éteignit. A nouveau il retentit, et tout l'air résonna de ses pulsations : strident, sauvage, menaçant. Le baronnet saisit ma manche ; son visage livide se détacha de la pénombre.
- Grands dieux, Watson, qu'est cela ?
- Je ne sais pas. C'est un bruit qu'on n'entend que sur la lande. Je l'ai déjà entendu une fois.
Un silence absolu, oppressant, lui succèda. Nous nous étions immobilisés, l'oreille aux aguets. Rien n'apparut.
- Watson, me chuchota le baronnet, c'était l'aboiement d'un chien.


Chapitre 9. Lumière sur la lande. Second rapport du docteur Watson.

2 commentaires:

  1. bah c bien en trotre mais voila il nya pas ledition ni la collection

    RépondreSupprimer